L’envol du tourisme britannique en Languedoc-Roussillon

Destination

Le nombre de touristes d’outre-Manche a augmenté de 30% en 5 ans
Saine concurrence entre les compagnies aériennes
Un développement de l’activité d’arrière-saison.
Dans les allées du dernier salon « Vive la France » à Londres (16 au 18 janvier), les couleurs du Languedoc-Roussillon étaient facilement repérables. Car le Comité Régional du Tourisme (CRT) avait réservé 100 m² pour 24 exposants invités à promouvoir la région auprès des 60.000 visiteurs du salon. Une opération de séduction auprès d’une clientèle britannique qui a augmenté de 30% en cinq ans en Languedoc-Roussillon , passant de 600.000 à près de 900.000 touristes chaque année. Pour bien faire, la délégation du CRT était accompagnée à Londres par les frères Pourcel, promus au statut d’ambassadeurs avec leurs trois étoiles au guide Michelin. Les chefs du « Jardin des Sens » en ont profité pour faire une démonstration de leurs talents culinaires. Une façon pour eux aussi de mettre l’eau à la bouche… avant d’inaugurer leur restaurant à Londres en août prochain. Sur les stand du salon « Vive la France », l’odeur des « filets de daurade royale au sésame » et des « aiguillettes de canard grillé » a sûrement stimulé d’autres envies de voyages en pays Cathare, mais la principale explication de l’essor de la clientèle britannique est ailleurs. Premier facteur : l’augmentation de l’offre aérienne entre les aéroports régionaux et Londres, puisque 70% des Britanniques viennent de la capitale et du sud du pays. La concurrence entre Ryanair et GB Airways ayant eu le double effet d’accroître le nombre de sièges disponibles et d’infléchir sensiblement les tarifs. Les professionnels du tourisme en Languedoc-Roussillon se frottent donc les mains, d’autant que la clientèle d’outre-Manche recherche en priorité des hébergements traditionnels de qualité, tels que les gîtes ou hôtels de charme. La région peut ainsi se différencier favorablement, notamment par rapport à la concurrence de destinations voisines, comme la Costa Brava par exemple. La clientèle britannique permet enfin dé développer un tourisme d’arrière-saison pour rééquilibrer quelque peu une activité encore trop marquée par le poids de la période estivale.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *