L’hiver s’annonce « compliqué », notamment à cause du manque de neige

Destination

Selon le cabinet Protourisme, l'hiver s’annonce "compliqué" pour les acteurs du tourisme hexagonal avec une baisse de 2,5% des départs des Français, heureusement compensée en partie par la hausse des clientèles étrangères
 17% des Français envisagent de prendre des vacances cet hiver soit 11, 2 millions de personnes (adultes et enfants). La part de la montagne régresse légèrement, 150.000 de moins que l’an dernier ,mais les stations de ski compenseront en partie cette baisse par une hausse des clientèles étrangères. Sur l’ensemble de l’hiver les vacances à la montagne sont plébiscitées par un peu plus de 5,5 millions des Français soit 150.000 de moins que l’an dernier ce qui représente environ 47 % des partants. Cette diminution est due au retard des réservations de dernière minute pour les vacances de Noël, du faible enneigement dans les stations et d'un plus fort attentisme pour les vacances de février , perçues comme trop chères pour bon nombre de foyers. A noter que plus d'1,5 million de partants n’a toujours pas fait son choix définitif de destination dans l'attente d'une garantie d'enneigement, d'arbitrage budgétaire entre la France et l'étranger et de promotions des opérateurs.
 
Les vacances à la montagne pour Noël baissent pour la première fois depuis cinq ans
 
Seulement 9% de la population française part pour de vraies vacances à Noël (4 nuits et plus) et moins de 5 % de nos concitoyens fera un séjour à la montagne pour les prochaines vacances. Les vacances à la montagne pour Noël baissent pour la première fois depuis cinq ans avec des taux de réservations d'environ 70% pour la semaine de Noël et de 80% pour le nouvel an soit une baisse de près de 5 % au 15 décembre. Cette situation pourrait s'améliorer si la neige est au rendez-vous. 5,9 millions de français envisagent de par tir pour les vacances de Noël contre 6,2 millions l’an dernier. Si ce chiffre est décevant pour les acteurs du tourisme en montagne, il sera en partie compensé par la hausse au cours de l'hiver des clientèles étrangères. Cette année encore, les stations françaises devront compter sur une hausse des clientèles étrangères en provenance des bassins émetteurs traditionnels (Anglais, Bénélux … ) et en provenance des pays émergents, à l'exception des Russes en forte diminution cette année. A noter une hausse significative des départs à l'étranger avec une reprise du moyen-courrier et une bonne tenue du long-courrier même si les trois quarts des vacanciers resteront en France. 
 
Le budget vacances est en baisse
 
Le budget vacances d’hiver en légère baisse pour la quatrième année consécutive : 722 euros par personne en hébergement payant contre 740 euros l’an dernier et 780 euros il y a 3 ans. Si le vacancier d’hiver appartient majoritairement aux catégories sociales les plus aisées, son budget vacances est encore en moyenne en baisse cet hiver : 4 sur 10 ont un budget stable, 4 sur 10 ont un budget en baisse et 20% un budget en hausse. A noter que les foyers ayant des revenus supérieurs à 3.500 euros par foyer représentent un tiers des partants, ils constituent 60% des vacanciers en hébergement marchand et 70 % de ceux qui fréquentent la montagne en hébergement payant . Les trois quarts des partants en hiver sont cadres, indépendants ou professions intermédiaires contre seulement 5% d’ouvriers et 9% d’employés. 42% des par tants en hiver et près des deux tiers des partants à la montagne ou à l’étranger sont issus des agglomérations de plus de 100.000 habitants. Le budget moyen du vacancier de l’hiver est de 722 euros par personne en hébergement marchand contre 740 euros l’an dernier avec de très fortes disparités suivant les destinations. Le budget le plus élevé est d’environ 1.500 euros par personne pour des séjours en long-courrier, de près de 950 euros par personne pour les vacances au ski pendant les vacances scolaires, de moins de 700 euros en dehors des vacances scolaires et d’un peu moins de 500 euros par personne pour les autres destinations.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *