La Croatie, un succès estival mais sans euphorie

Hausse de la fréquentation de 34 % par rapport à 2003 selon l’OT de Croatie.
Certains TO déclarent avoir rempli leurs engagements et réalisé leurs marges.
D’autres voyagistes ont concédé des promotions et des réductions de voilure.
Marina Tomas-Billet est heureuse. « La fréquentation a augmenté de 34 % par rapport à l’an dernier », s’enthousiasme la directrice de l’OT de Croatie à Paris, qui espère dépasser en 2004 les 300 000 visiteurs français. « Le succès est incroyable, quand on pense qu’à l’ouverture de l’office, en 1999, seuls 30 000 Français avaient choisi la Croatie. » Mais pour qu’un succès soit complet, il faut encore que producteurs et agences aient constaté une hausse significative de leurs ventes et, cerise sur le gâteau, de leurs marges. Or dans ce domaine les professionnels ont connu des fortunes diverses. « Pour la deuxième année d’exploitation, nous avons su nous mettre à l’abri des aléas de la demande, car nous y avons mis les moyens », déclare Bruno Gallois, DG de Marsans-Transtours. Le groupe avait cette année misé gros avec l’édition d’une brochure spécifique et la mise en place de deux vols hebdomadaires. Croatie Tours, l’un des deux grands spécialistes français de la destination et avec qui Marsans co-affrétait des vols, est satisfait. La hausse constatée cet été est de l’ordre de 20 %, estime-t-on chez le TO. « Nous avons eu de la demande y compris depuis la Belgique et la Suisse. Mais il a fallu gérer la pénurie de logement. » Un manque de lits également constaté par Fram. Le TO toulousain est enthousiaste mais pas euphorique : »Nous avons rattrapé notre retard du début de saison et nous aurons pris en charge 6 000 clients contre 2 500 l’an dernier », indique Georges Vialard, directeur adjoint de la production. « Mais nous avons pris des risques sur l’aérien et il a fallu faire des promotions. Le succès est donc plus mitigé sur le plan du chiffre d’affaires. » Pour autant, Fram maintient son plan de vol pour l’an prochain, comme Top of Travel, qui, lui, l’avait révisé à la baisse en cours d’année. « Je ne m’attendais pas à voir tant d’opérateurs sur la destination. Il a donc fallu réduire notre plan de vol de 8 rotations, soit 1 000 sièges en juillet et août pour une offre globale restante de 4 500 sièges », déclare son PDG Helmut Stückelschweiger.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *