La destination Indonésie se normalise peu à peu

Destination

Le niveau de vente n’est toujours pas revenu à l’avant 2002.
Regain d’intérêt constaté par les TO qui vendent à nouveau.
Les agences de voyages ont du mal à convaincre les clients.
Deux ans que ça dure. Deux ans que l’Indonésie tente de remonter la pente après l’attentat de Bali qui avait fait le 13 octobre 190 victimes. Ce jour-là, l’image du paradis sur terre dans ce coin d’Indonésie, s’assombrit pour longtemps. En 2003, les forfaits achetés par les clients ont chuté de 65 % sur la zone et le nombre de touristes français a connu un trou d’air de 22 %. Tous les opérateurs affichaient alors des baisses spectaculaires comme Voyageurs du Monde qui se contentait de 500 000 euros de chiffre d’affaires l’an dernier alors qu’il réalisait 3 ME deux ans plus tôt. Aujourd’hui encore, les ventes remontent plus ou moins, mais d’un avis général, elles sont encore loin du niveau constaté avant l’attentat. Le verre est donc à moitié vide ou à moitié plein, selon le moral de chacun. Voyageurs voit son CA revenir à 1,2 ME, mais la clientèle groupe fait toujours défaut. Visiteurs en Asie, un spécialiste historique de la destination, refait surface sur cet archipel, “mais uniquement grâce aux promotions”, note Philippe Marconnet, directeur commercial. “Les produits à 777 euros pour 11 jours marchent bien mais j’ai tout de même l’impression que les gens n’ont pas oublié, d’autant plus que d’autres attentats ont eu lieu depuis, alors qu’ils l’ont fait pour des destinations comme l’Egypte.” Toutefois, l’Indonésie attire de nouveau la clientèle. Ainsi chez Asia, on note “un regain d’intérêt pour des séjours balnéaires un peu people dans des hôtels de luxe ou pour des produits plus culturels. Nous n’avons pas encore atteint le niveau d’avant octobre 2002.” Qu’importe, le TO a su réagir positivement et a profité de ces deux ans pour renforcer ses liens avec ses représentants locaux et former son personnel. Kuoni se veut d’ailleurs confiant : “Nous avons réalisé 1 600 pax en 2004 contre 1 900 en 2002. Si rien ne vient troubler la tendance, nous reviendrons l’an prochain à ce niveau”, remarque Floréal Gavalda, directeur du tour operating. Reste à convaincre les clients et parfois les agences : “Elles semblent sceptiques car leurs clients intègrent peut-être plus les risques dans leur ensemble”, à l’image du site du Quai d’Orsay, toujours très prudent dans ses conseils aux voyageurs.
Les agents de voyages en manque de clients
Catherine, agence Thomas Cook, Antibes
“Il n’y a pas du tout de réveil de la destination. Je suis parvenue à réaliser un dossier cet été pour une famille avec un combiné Singapour-Indonésie, mais il s’agissait de clients qui avaient l’habitude de voyager. Je crois que le Sras a été un frein plus fort ces derniers temps que l’attentat de Bali. Mais, je conseille toujours la destination quand je peux, car il faut être positif.”
Joël, Dilivoyage, Afat, Beaune
“L’Indonésie n’est manifestement pas dans la tête de la clientèle. Je dois dire que je manque peut-être d’arguments pour les convaincre ou leur proposer l’idée, car je ne connais pas le pays. Toutefois, il y a un vrai déficit d’image et c’est très difficile de refaire penser à l’Indonésie quand elle sort complètement de l’esprit des clients.”

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *