La Malaisie se fait belle pour séduire le marché français

Destination

Des actions tout le mois de mars.
Un stand dans les salons de France.
Le 31 mars prochain s’achèvera la première campagne de promotion menée par l’Office national du tourisme de Malaisie (ONTM) en Europe. Soutenue par un slogan pertinent en anglais « Malaysia, Truly Asia », celle-ci va maintenant être relayée sur le marché français avec une traduction directe : « Malaisie, l’Asie authentique ». Car c’est bien vers l’authenticité et les traditions qu’Adlina Borhan, directrice de l’ONTM, entend orienter ses futures actions marketing. « Chaque région de la Malaisie est si différente de sa voisine qu’il est tout simplement impossible d’élire un seul angle d’accroche », explique-t-elle, ajoutant qu’elle assurera la promotion d’une Malaisie plurielle, à la fois destination « culture », « plages sauvages », « plongée sous-marine », « golf » et naturellement « écotourisme ». « Nous manquons cruellement d’image sur le marché français, reconnaît-elle, mais cela va changer. » Bien décidée à occuper le terrain pour asseoir sa position, la directrice dévoile un programme d’animations et de promotion orienté vers le grand public qui a débuté jeudi dernier en partenariat avec les supermarchés Auchan. Et qui se poursuivra sur plusieurs dates à Paris et Marseille. Comme pour donner un avant-goût de son pays, Adlina Borhan a fait spécialement venir de Malaisie une délégation de 26 personnes comptant des danseurs et musiciens, des chefs cuisiniers chinois, malais et indiens ainsi que des stylistes. La troupe animera le stand de l’ONTM à Mahana (Lyon du 4 au 6 mars), au SMT (Paris du 11 au 14 mars) et à Tourissimo (Strasbourg du 19 au 21 mars). Au Man Ray à Paris, ce seront des ateliers cuisine (les 10 et 17 mars de 11 h à 14 h) qui seront organisés ainsi que des soirées avec défilés de mode (9, 15 et 17 mars). Mêmes animations prévues au Sofitel Palm Beach à Marseille (du 23 au 31 mars). « 27 434 touristes français ont visité la Malaisie en 2002 contre 23 900 en 2003 (– 13 %), la faute au Sras. Nous espérons en séduire davantage en 2004 », conclut la directrice qui se félicite déjà des chiffres de janvier, en progression de 54 %.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *