La Martinique veut redéfinir le séjour en tout compris

Destination

Guy Cabrera n’en peut plus, il faut qu’il réagisse. Ce directeur d’exploitation hôtelière a lancé des formules « tout inclus », dans deux de ses hôtels. Et ça marche. Ce succès est d’autant plus notable que ces deux établissements ne sont autres que le Club des Trois Îlets et le Diamond Rock, ceux-là mêmes que le groupe Accor a revendu fin 2002, découragé par « le climat social détestable ». Mais depuis la reprise, les TO le programment, les clients reviennent : « le all inclusive est une bonne solution pour faire revenir les touristes en Martinique », martèle donc Guy Cabrera à Madeleine de Grandmaison, présidente du Comité martiniquais du tourisme. Elle se montre en effet très sceptique vis-à-vis de la formule : « On ne peut pas privatiser les plages et ce ne serait pas normal pour les populations locales ». « Mais il ne s’agit que de services », a très vite réagi Guy Cabrera, devant l’approximation de la réponse de l’élue. Les deux intervenants se sont finalement entendus sur le terme « tout compris à la française ». Il faut maintenant le définir.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *