La Tunisie cible le marché russe pour conforter sa reprise

Destination

La destination table sur un flux annuel de 500 000 touristes venant de Russie.
Tchèques, Bulgares et Polonais font montre eux aussi d’un certain engouement.
De nouveaux marchés qui compensent la chute de fréquentation des Allemands.
Les professionnels du tourisme en Tunisie s’attendent cette année à plus de 100 000 visiteurs en provenance de Russie, un des nouveaux marchés d’Europe centrale et orientale ciblé pour la relance du tourisme au sortir de la crise provoquée par les attentats successifs du 11 septembre 2001 aux États-Unis et d’avril 2002 à Djerba. Selon l’Office national du tourisme tunisien (ONTT), le nombre de touristes russes est traditionnellement très réduit, mais il a plus que doublé (+ 101 %) en janvier 2004 après un premier effort de promotion. Au retour d’une récente mission à Moscou, le ministre du Tourisme tunisien, Abderrahim Zouari a affirmé que son pays pouvait tabler à terme sur 500 000 visiteurs par an, alors que les voyagistes avancent le chiffre de 120 000 touristes russes pour 2004. L’an dernier, les Russes ont été près de 74 000 à séjourner en Tunisie contre 47 000 seulement en 2002, soit une hausse de plus de 55 %. La tendance devrait se renforcer cette année et inclure d’autres nouveaux marchés de l’Europe centrale. Un bilan de l’ONTT au premier trimestre 2004 fait ressortir un engouement des Tchèques (+ 150 %), Bulgares (+ 15 %) et Polonais (+ 20 %). Ce sont généralement les Européens de l’Ouest, Français et Allemands en tête, qui constituent l’essentiel de la clientèle de ce pays, mais les flux de touristes allemands ont chuté ces trois dernières années. L’intérêt du secteur pour le marché russe est destiné à conforter un début de reprise du tourisme en 2004 (près d’un million de visiteurs, soit 19 % de plus par rapport à la même période de l’an dernier). Un millier d’agents de voyage russes est attendu en Tunisie et une série de manifestations est programmée dans diverses régions de Russie, un marché prometteur mais handicapé par un manque de liaison aérienne, une seule compagnie assurant des vols hebdomadaires réguliers.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *