L’activité touristique internationale en Europe en légère baisse au premier trimestre

Destination

Le Planet Shopper Index, qui évalue les tendances économiques du marché touristique, souligne une légère baisse de l’activité économique des touristes internationaux sur le marché européen des ventes détaxées pour le premier trimestre 2019.

En cause, une légère hausse de la livre sterling qui a diminué le pouvoir d’achat de 14 des 25 pays analysés par ce rapport. Le Royaume-Uni, une des principales destinations européennes, voit alors de fait, son activité auprès des touristes hors UE diminuer. Ces derniers auront alors tendance à privilégier les destinations où leur pouvoir d’achat est supérieur.

La dépréciation du dollar a également un impact sur le tourisme international européen notamment sur le pouvoir d’achat des visiteurs d’Amérique du Nord mais aussi celui des pays du Golfe et l’Arabie Saoudite.

Conséquence directe de cette dépréciation, les Etats-Unis ont subi une chute de leur score indiciel supérieure à tous les autres pays au premier trimestre 2019.

Cependant l’appréciation du dollar alimentée par les mesures de relance budgétaire de l’administration Trump pourrait permettre un retour aux taux de la devise antérieurs.

Un climat économique favorable pour les touristes internationaux russes et japonais

Au cours du premier trimestre 2019, l’Europe a vu son attractivité grandir auprès des touristes japonais et russes : profitant d’une baisse de
l’inflation, les touristes Russes ont vu leur
pouvoir d’achat à l’international et leur panier moyen augmenter, passant de 519€ en fin d’année 2018 à 526€ ce dernier trimestre. Fort de cette
embellie économique, la Russie est même passée devant les Etats-Unis en terme de volume des ventes détaxées sur le premier trimestre 2019.

Les touristes Japonais, quant à eux signent la plus forte avancée de ce premier trimestre 2019 en gagnant 5 places au classement du Shopper Index.
L’assouplissement du conservatisme budgétaire, l’inflation basse, et l’appréciation du yen face à l’euro et la livre sterling ont été les principaux moteurs de cette amélioration.

De son côté, la Chine, conserve la tête du classement de la consommation en Europe et reste la source la plus lucrative pour les détaillants européens. Le « moteur international du commerce de luxe » voit néanmoins son écart se resserrer avec les autres nations, même si la valeur moyenne par transaction parmi les acheteurs chinois continue de progresser et passe de 801€ à 868€. Une augmentation probablement motivée par les festivités du nouvel an chinois au cours de ce premier trimestre.

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *