Le groupe ADP (Aéroports de Paris) veut mieux accueillir « les visiteurs les plus éloignés de notre culture »

Destination

« Etre capable d’accueillir les visiteurs qui sont les plus éloignés de notre culture ». C’est l’objectif que s’est fixé Augustin de Romanet, président du groupe ADP, qui vient de signer une convention de partenariat avec la région Ile-de-France présidée par Valérie Pecresse.

 

En marge de la signature de la convention de partenariat « Ambition 2024 » nouée avec  la région Ile-de-France, Augustin de Romanet, PDG du groupe ADP, a affirmé son ambition d’accueillir mieux les touristes, « mêmes ceux qui sont les plus éloignés de notre culture ». Il prend comme exemples les Chinois qui ne sont « qu’un million à visiter l’Ile de France » et qu’il « faut être capable de bien accueillir ».

Il explique : « l’offre réveille la demande. Quand une ligne Caen-Ajaccio ouvre, les Normands vont en Corse. C’est pareil pour la Chine avec des villes que l’on ne connait pas mais qui compte plus de douze millions d’habitants ».

Il pourra aussi compter sur l’aide de Valérie Pecresse, présidente de la région Ile-de-France, qui, via le CRT Ile de France, s’associe aux aéroports parisiens en lançant dix points d’information, sept à Roissy, deux à Orly qui seront tenus par des « ambassadeurs du tourisme ». Ils seront mobiles et pourront, par exemple, délivrer des « informations dans la salle de livraison des bagages ».

Elle explique : « Nous avons réalisé une année record avec plus de 48 millions de visiteurs en Ile-de-France mais nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers ». La présidente de la Région s’est dite inquiète par les conséquences du mouvement des gilets qu’elle avait demandé au gouvernement d’augmenter le dispositif de sécurité car Paris ne pourrait pas supporter « un 3e samedi de violence ».

Elle a aussi insisté sur la nécessité d’améliorer les  moyens de transport « et de ne pas opposer RER B et CDG Express ». Par ailleurs, la Région teste les « véhicules autonomes » sur l’autoroute A1 entre Roissy et Paris. Valérie Pecresse a aussi insisté sur la sécurité dans les transports avec le déploiement de la vidéo-protection et de 700 nouveaux agents.

Enfin, dans un sourire, elle a précisé avoir particulièrement aimé le « Le Terminal » qui raconte l’histoire vraie d’un Iranien qui vit dans un aéroport de New York, un film qui a été tourné dans un terminal de Roissy. Tout cela pour dire à Augustin de Romanet « qu’un terminal, c’est une ville » et qu’il participe à fidéliser des visiteurs comme les Américains ou Japonais qu’il faut transformer en « reapeaters ».

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *