Le Maroc vise 4 millions de touristes français d’ici deux ans

Destination

Le Maroc prévoit pour 2017 une hausse de 9% du nombre de touristes étrangers avec plus de 11 millions d’arrivées, parmi lesquelles 3,6 millions de Français (+6%). Sur le marché français, c’est un record par rapport au meilleur pic que la destination avait enregistré en 2010 avec 3,4 millions de Français.

Une stratégie de diversification

« Cette hausse du nombre total de touristes étrangers est le fruit de notre stratégie de diversification sur les marchés britanniques, allemands et américains » explique Abderrafie Zouiten, directeur général de l’Office national marocain du tourisme, ainsi que « nos actions sur les marchés d’Europe centrale et d’Asie, en Chine notamment ». Le nombre touristes chinois est, par exemple, passé de 16.000 à 100.000 au Maroc, grâce à l’exemption de visas pour les Chinois.

 

Une progression qui s’explique aussi par le fait que dans le contexte de terrorisme généralisé, « l’image du Maroc est bonne » selon lui. « C’est l’image d’une destination sûre et stable avec un formidable patrimoine culturel ». D’ailleurs le gouvernement « collabore très activement avec tous les autres pays pour lutter contre le terrorisme » se félicite t-il.

L’offre de Transavia en croissance de 30%

« Nous nous sommes rapprochés des compagnies low cost pour qu’elles renforcent leurs capacités » poursuit Abderrafie Zouiten. Comme avec Transavia dont l’offre au départ de France est en croissance de 30%. De plus, le Maroc ouvre de nouvelles régions au tourisme, comme le nord du pays qui est un peu « le symbole de la métamorphose du Royaume ». Cette région est en plein développement avec notamment à Tanger, Tetouan ou Oujda, l’implantation de grandes chaînes hôtelières comme Banyan Tree, Sofitel, ou Melia…

D’autres régions sont également mises en avant comme Errachidia dans l’est du pays, Al Hoceima sur le littoral méditerranéen, ou Dakhla, une péninsule dans le Sahara occidental.

TUI est le premier TO sur le Maroc

Avec les accords de ciel ouvert et l’arrivée de nombreuses compagnies de loisirs ou low cost, le nombre de clients passés par « des TO français est désormais de 10% alors qu’elle était auparavant de 35% » déplore le directeur du Tourisme. Il souligne qu’aujourd’hui, « TUI est le premier TO sur la destination », en balnéaire comme en circuit.

 

Pour 2018, le Maroc dispose d’une « offre touristique globale en hausse à deux chiffres » explique encore Abderrafie Zouiten qui vise le cap des 4 millions de touristes français d’ici deux ans, notamment grâce à la montée en puissance des départs de province.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. « Dakhla, une péninsule dans le Sahara occidental. » ! Ah ! Oui ! La ville de Dakhla n’est pas une « péninsule » mais la Capitale du Sahara Occidental qu’OCCUPE militairement le Maroc au mépris et en violation du droit du Peuple autochtone Sahraoui et du droit international et y compris du droit européen rappelant que ce territoire est un territoire NON AUTONOME, distinct et séparé, ne faisant pas partie du Maroc ». Voir arrêts de la CJI de 1976 et de la CJUE du 21/12/2016.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *