Inde: le Rajasthan a encore des choses à montrer et le fait savoir

Destination
Le Rajasthan est venu en force cette année à l'IFTM Top Resa. Le ministère s'est entouré de nombreux partenaires francophones.

L’Etat indien favori des touristes français veut présenter d’autres facettes de son tourisme. Pour la deuxième fois, les représentants du Rajasthan sont venus à Top Resa à côté du stand Incredible India. Le Rajasthan a l’intention de faire plus d’actions sur le marché français.

 

« Il existe un lien spécial presque naturel avec les touristes français », affirme Anand K Tripathi, directeur adjoint du ministère du Tourisme du Rajasthan. Ce sont des voyageurs « sensibles à l’aspect culturel de notre destination, ses traditions et festivals. » Etat le plus vaste de l’Inde, le Rajasthan est aussi le plus connu. Des sites comme Udaipur, Jaipur, le fort d’Amber (classé Unesco) sont des incontournables d’un circuit de visite.

Entre Udaipur et Jodhpur, le fort Kumbhalgarh avec sa longue muraille est aussi classé Unesco.

 

Le Rajasthan est également le plus prisé des voyageurs français . « Au point où les gens qui ont visité le Rajasthan pensent souvent avoir tout vu de l’Inde alors que le pays est extrêmement vaste », note Catriona Dempster , directrice de marché ’Circuits’ du TO français Kuoni. Soulignant que les circuits au Rajasthan représentent « au moins 80% des ventes sur l’Inde ».

 

« Il faut dire que la plupart des gens ne vont en Inde qu’une fois et choisissent logiquement la porte d’entrée la plus emblématique, note Yannick Barde, co-directeur de production d’Asia. » Et de préciser: « Pour le marché français, il y a une situation de véritable surproduction sur le Rajasthan. »

 

« Plus de 200.000 Français visitent le Rajasthan chaque année, ce qui représente 15% du marché international, indique Anand K Tripathi.  En termes de notoriété du Rajasthan sur le marché français, les fondations sont là depuis 20 à 30 ans, mais il faut entretenir la construction… Si on ne vous voit plus, on ne pense plus à vous. »

 

Des hôtels dans des palais

Le Rajasthan a un patrimoine unique avec des produits touristiques exceptionnels que sont les palaces des anciens maharajas et les havelis (maisons de maître). De glorieuses bâtisses transformées en hébergements touristiques haut de gamme voire luxueux qui font travailler l’imaginaire du voyageur. Comme le train Palace on Wheels.

 

Le train de luxe Palace on Wheels au départ de Delhi passe par Jodhpur, Jaisalmer, Chittorgarh…

 

La clientèle touristique du Rajasthan est composée principalement de « gens d’âge moyen, actifs, qui vont rester sur des séjours plutôt longs (pas moins de 5 jours en moyenne) et luxueux » indique Anand K Tripathi. Et de rappeler l’existence d’une « police touristique dans les grandes villes » où séjournent les visiteurs.

 

Expériences nature et pépites cachées

Mais le Rajasthan veut aussi « présenter davantage de son offre, innover ». L’Etat indien se présente comme un endroit pour ceux qui cherchent l’aventure dans une nature difficile (le désert du Thar) ou verte et vallonnée (pour des randonnées ou du survol en ballon). C’est aussi « un endroit où les couples en voyages de noces viennent pour son côté romantique comme à Udaipur » ajoute le ministre adjoint.

 

« Chez Asia, on essaye depuis longtemps de décliner le Rajasthan de différentes manières et de sortir un peu des grandes icônes, avec nos gammes ‘intimiste’ ou ‘buissonnière’, souligne Yannick Barde. En FIT, on arrive à faire un peu bouger les lignes car il y a beaucoup de petites adresses hors sentiers et les budgets sont plus flexibles. En groupe, c’est moins évident. »

 

L’hôtel Ramgarh Fresco entre Jaipur et Bikaner dans la région de Shekhawati.

« Il reste au Rajasthan des régions moins connues des visiteurs comme le Shekhawati » indique Anand K Tripathi. Une étape dans un de ces villages aux maisons peintes de riches marchands du XVIIIe-XIXe s. sont programmées en circuits « Buissonnier » chez Asia et « Expériences » chez Kuoni. « On surnomme cette région la galerie d’art à ciel ouvert » précise le directeur adjoint du ministère.

 

Pour la faune, le parc national de Rathambore est célèbre au Rajasthan pour l’observation des tigres, mais il existe d’autres sites animaliers comme la réserve de Sariska et « même un parc écologique, Beda à Pali, où l’on peut voir des panthères » ajoute-t-il.

Le Rajasthan a décidé de mettre en valeur toute une série de sites « non explorés ». Sa campagne de communication les appelle  les « joyaux cachés » (Hidden Gems). Comme le temple Kansua Dham et le palais Jag Mandir à Kota. On peut citer aussi le puits à degrés de Bhandarej construit dans un style tout à fait différent du plus célèbre et plus grand Chand Baoli et qui pourra donner envie de voir le Rani ki Baoli (photo) à Nemraana.

 

Communiquer et inviter les agv

Le Rajasthan veut « toucher les gens ». Il est pour cela « très actif sur les médias sociaux ».  Avec un compte Facebook particulièrement dynamique et des films de promotion (en anglais) sur Youtube. Pour la barrière de la langue des visiteurs français, l’Etat indien a « davantage de guides francophones » assure le ministre adjoint.

 

Présent sur le salon professionnel IFTM Top Resa à Paris fin septembre, le Rajasthan avait choisi pour la deuxième année de faire stand à part. A côté du stand générique de l’OT indien, Incredible India, le ministère du Tourisme du Rajasthan et 6 réceptifs partenaires ont reçu sur une trentaine de mètres carrés des professionnels français (agents de voyages, tour-opérateurs, groupes, incentives).

 

Pour voir davantage de professionnels du tourisme français, « le Rajasthan invite des agents de voyages en eductour ou participe à des roadshows » assure Anand K Tripathi. L’an prochain, le salon GITB (Great Indian Travel Bazaar) se déroulera au Rajasthan, du 28 au 30 avril à Jaipur. 20 agents de voyages seront invités et des post-tours sont prévus.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *