Le Sri Lanka sera-t-il la destination 2019 pour les Français aussi?

Destination

Désigné destination n°1 par Lonely Planet, le Sri Lanka veut atteindre les 3 millions de touristes d’ici 3 ans. La barre des 100.000 touristes français au Sri Lanka a été atteinte et dépassée en 2018. Le pays vise la clientèle des millenials en France et au Royaume-Uni.

 

Le Sri Lanka, numéro un des pays à visiter en 2019! Lonely Planet et ses experts voyages ont placé l’île de l’océan Indien en tête de leur classement «Best in Travel 2019 ». Une distinction décernée par le leader mondial des guides touristiques pour une destination déjà en forte croissance. En 4 ans, le nombre de touristes a doublé, passant de 1 million en 2012 à 2 millions en 2016. Avec 2.333.976 arrivées touristiques en 2018, la progression est de +80,8% depuis la fin de la guerre civile (447.890 touristes en 2009).

 

Les programmes et circuits touristiques couvrent désormais tout le pays. Troisième source de revenus du pays, le tourisme contribue au global à près de 11% du PIB (en retombées directes et indirectes). A l’honneur le 19 février, lors d’une matinée spéciale de la Pata France, le Sri Lanka a bien l’intention d’attirer plus de voyageurs français (106.446 en 2018, lire aussi ci-dessous).

 

Des atouts culture et nature

« Un concentré d’Asie, un mélange d’épices, de temples, de patrimoines, une faune et une flore éblouissantes… » Pour Guillaume Linton, président de la Pata France, le Sri Lanka se prête facilement à « la découverte pour les néophytes en Asie, que ce soit en tribu, en couple ou en famille ».

Visiter une plantation de thé dans les régions montagneuses du Sri Lanka fait partie des musts de la destination.

 

« Il faut sentir, goûter, ressentir, respirer le Sri Lanka » renchérit Buddhi K. Athauda, ambassadeur du Sri Lanka en France. « C’est un pays de plus de 3.000 ans d’histoire avec 8 sites culturels et naturels au patrimoine mondial de l’Unesco (Anuradhapura, Dambulla, Galle…) », ajoute Chandima Abeyrathne, premier secrétaire en charge du commerce à l’ambassade. Et d’énumérer une série d’atouts:

 

Ancienne capitale, Polonnaruwa est l’un des sites sri-lankais classés au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.

 

« Plages, parcs naturels avec éléphants et panthères, sites d’activités aventure (parapente, rafting…), festivals religieux et ethniques (70% des Sri Lankais sont bouddhistes, 10% hindous, 10% chrétiens et 10% musulmans), bien-être (soins ayurveda), cuisine aux saveurs variées… le Sri Lanka s’adresse à différentes clientèles. »

La fête bouddhiste Esala Perahera à Kandy se déroulera cette année du 7 au 17 juillet 2019.

 

Autre avantage, la destination Sri Lanka se visite toute l’année. « On joue avec la mousson. L’hiver, il vaut mieux privilégier pour le balnéaire les côtes Ouest et Sud, mais l’Est et le Nord l’été », explique Guillaume Linton, également président d’Asia.

Une hôtellerie en évolution

Le Sri Lanka compte quelque 36.000 chambres d’hôtels. Marriott, Shangri-La’s, Centara, Hilton, RIU, Movenpick, de grandes chaînes de l’hôtellerie internationale y sont présentes. « Toutes les formes d’hébergement sont possibles, du camping à l’hôtel 5* en passant par les lodges et les maisons d’hôtes » indique Chandima Abeyrathne.

 

La  ville de Galle dans le sud-ouest a gardé de nombreuses constructions de l’époque coloniale néerlandaise.

 

« On trouve au Sri Lanka de plus en plus de boutique-hôtels, hôtellerie de charme et logement chez l’habitant. Cela correspond à la tendance actuelle des voyageurs désireux de vivre une expérience au contact des locaux », souligne Buddhi K. Athauda qui estime à 20.000 chambres la capacité des guesthouses et autres Airbnb.

 

La France perd une place mais reste en forte hausse

Avec 106.446 touristes français (+7%) en 2018, le Sri Lanka se félicite d’avoir atteint la barre symbolique des 100.000 visiteurs. Toutefois, cette progression s’accompagne de la perte de la cinquième place des marchés émetteurs: la France est passée 6e derrière l’Australie qui bénéficie d’un vol direct opéré par la compagnie nationale sri-lankaise. Les quatre premiers marchés restent l’Inde, la Chine, le Royaume-Uni et l’Allemagne.

Le Sri Lanka compte 14 parcs nationaux d’observation de la faune. Minneriya est réputé pour ses éléphants sauvages.


Pour le Sri Lanka, les Français doivent obligatoirement prendre un vol en correspondance.
Srilankan Airlines a cessé de voler entre Paris et Colombo le 6 novembre 2016; AF propose des vols sur KLM via Schiphol. Dans le top 10 des transporteurs sur la destination en termes de capacité figurent Emirates, Qatar, Oman Air et Cathay Pacific. En octobre, « Aeroflot a ouvert un Moscou-Colombo avec 5 vols hebdo prolongés sur l’été » a précisé Valérie Broquet lors de la Pata, rappelant que « les touristes russes voyagent beaucoup ».

Clara Gomes et Gaël de la Porte du Theil (Interface), Catriona Dempster et Guillaume Linton (Pata France), Chandima Abeyrathne (chargée du Commerce à l’abassade), Buddhi K. Athauda (ambassadeur Sri Lanka en France) et Sandrine Ledru (Pata France).

 

Environ 15% des voyageurs français au Sri Lanka passent par un tour-opérateur. La destination étant essentiellement anglophone, les professionnels du tourisme font la différence avec un guide francophone pour les voyages en groupes ou un chauffeur-guide pour les circuits privatifs. Ainsi chez Visiteurs, le Sri Lanka marche bien.

 

« La destination connaît une belle dynamique depuis deux ans » indique Armelle Le Scaon, directrice de production du TO qui pense faire évoluer son offre circuits au Sri Lanka. En 2018, les adhérents du Seto ont fait partir 15.571 clients au Sri Lanka, en hausse de 5,4% (1er nov. 2017-31 oct. 2018).

 

Une campagne pour attirer les millenials

Le Sri Lanka va consacrer un budget de 500.000€ pour sa promotion touristique au Royaume-Uni et en France. Dans un contexte de réaffirmation des liens économiques au sein du Commonwealth liée au Brexit, le pays veut jouer aussi la carte tourisme. Quant au dynamisme du marché français (+7% de visiteurs en 2018), il induit un potentiel à développer.
Qui l’OT veut-il cibler? La clientèle des millenials prioritairement. Le moyen? Une grosse campagne numérique pendant six mois en France déclinée en un mini-site web, experience-srilanka.fr, de la publicité en ligne et une présence appuyée sur les réseaux sociaux (Instagram et Facebook). L’objectif? « Fournir des informations sur la destination en français, dans une approche marketing inspirationnelle. » Clara Gomes, responsable de cette campagne chez Interface Tourism, a annoncé « une campagne de conversion avec le trade », dans un second temps.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *