Légère hausse de la fréquentation au 1er semestre en Espagne

La Catalogne, les Baléares et l’Andalousie plébiscitées par les touristes.
Les Anglais restent fidèles tandis que les Français sont en net recul.
La hausse du pétrole pourrait ternir les résultats d’ici à la fin de l’année.
En dépit des craintes des professionnels au lendemain des attentats du 11 mars à Madrid et de la remise en cause de son modèle de développement touristique, l’Espagne continue d’attirer en masse les touristes étrangers. La saison estivale à peine close, Pedro Mejia, secrétaire d’État au Tourisme et au Commerce, dressait jeudi dernier un bilan des 7 premiers mois de 2004. L’Espagne a ainsi accueilli sur cette période quelque 30,1 millions de touristes étrangers, un résultat en hausse de 1,9 % par rapport à la même période de l’an dernier. En juillet, le pays a attiré un total de 6,96 millions de visiteurs qui ont choisi de se rendre principalement en Catalogne (2 millions de touristes), aux Baléares (1,6 million) et en Andalousie (925 000). Si l’archipel des Baléares enregistre pour le mois de juillet sa première hausse de fréquentation depuis 2000, celui des Canaries reste quant à lui sur la pente descendante amorcée en 2003. Le Royaume-Uni reste le premier marché émetteur avec quelque 9,3 millions de touristes de janvier à juillet (+ 3,8 %), suivi par l’Allemagne avec 5,5 millions (+ 0,5 %) et la France qui recule de 3,6 % avec 4,2 millions. Pedro Mejia a souligné que ces touristes étrangers sont de plus en plus nombreux (56,2 %) à ne pas recourir aux voyages à forfait pour se rendre en Espagne. Ils ont par ailleurs été quelque 4,5 millions en juillet à opter pour l’avion pour rejoindre leur destination et près d’un tiers d’entre eux ont utilisé une compagnie low cost. S’il espère maintenir le niveau des 52,47 millions de touristes enregistrés en 2003, Pedro Mejia a cependant admis que l’impact de la hausse du prix du pétrole sur le transport aérien pourrait se traduire par « une contraction logique de la demande » et écorner ainsi ces belles perspectives.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *