Les Canaries disent non aux futurs champs de pétrole

Destination

Le Conseil des ministres espagnol a récemment autorisé la société Repsol à effectuer des opérations de prospection d'hydrocarbure au large des îles canaries. Les professionnels du tourisme sont inquiets.L'entreprise pétrolifère fait miroiter la probabilité d'y trouver le plus gros gisement d'hydrocarbures de l'histoire de l'Espagne. Les autorités canariennes s'opposent à la décision. Le ministre de l'Industrie et de l’énergie qui est aussi celui du tourisme a déjà souligné tout l'intérêt de cette recherche dans la situation de dépendance énergétique que connaît le pays et les bénéfices qu'en tireront les Canaries. Le président autonomique des îles voit les choses autrement. Il rappelle que la ressource économique principale de l’archipel est le tourisme. "Si une marée noire venait à se produire, l'économie locale serait très fortement touchée" répète-t-il prenant comme exemple la récente éruption volcanique sous-marine au large de l'île El Hierro, qui a duré près de huit mois et eu des conséquences désastreuses sur la fréquentation touristique. Le gisement recherché repose à une soixantaine de kilomètres des côtes de Fuerteventura et Lanzarote, deux îles plus importantes et plus peuplées. Au Royaume-Uni, représentants de TO et d’agences de voyages ont co-signé une lettre adressée au gouvernement espagnol, lui demandant d’abandonner ce projet qui pourrait détruire la réputation et l’environnement des Iles Canaries.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *