Les Chinois accueillis en clients providentiels

Des groupes de touristes chinois peuvent désormais voyager en France.
Les autorités françaises se préparent à les accueillir en grande pompe.
Pour Maison de la France, le nombre de visiteurs atteindra 1,5 M d’ici à 2 ans.
Les professionnels français de l’accueil vont devoir se mettre sérieusement au mandarin ! Du moins, s’ils entendent pleinement profiter de l’ouverture au tourisme du marché chinois. Depuis le 12 février dernier, la France, comme les autres États membres de l’espace Schengen ,bénéficie du statut de « destination touristique autorisée ». Les demandes de visa pour les voyages de groupe à but touristique sont donc désormais acceptées par les autorités chinoises. Une révolution dont on commencera à ressentir les premiers effets dès demain, avec l’arrivée, à Roissy CDG, du tout premier groupe en provenance de l’empire du Milieu. Une arrivée qui risque de ne pas passer inaperçue puisque c’est Léon Bertrand, ministre délégué au Tourisme, qu se chargera d’accueillir le groupe (composé à la fois de véritables touristes, d’officiels, de professionnels et de journalistes) au pavillon d’honneur de l’aéroport. Si les autorités françaises déroulent le tapis rouge, ce n’est pas seulement parce qu’il s’agit dune première, mais avant tout du fait que les touristes chinois représentent, pour le réceptif français, un marché colossal. Comme l’explique Thierry Baudier, DG de Maison de la France : « Les quelque 400 000 visiteurs chinois que nous recevons déjà chaque année nous permettent de projeter l’arrivée de 1,5 M de touristes d’ici à 2 ans ». Pas inintéressant, surtout lorsque l’on sait qu’il s’agit d’une clientèle plutôt CSP+, voir CSP++. Le panier moyen des packages achetés par les Chinois s’élève tout de même à 2 000 E. Mieux, d’après les estimations de Maison de la France, les dépenses « hors produits touristiques » des visiteurs chinois s’élèveraient, en moyenne, à 450 E par touriste et par voyage (contre 650 E pour les Japonais et 350 E pour les Américains). D’où, également les nombreuses actions (salons, workshops, campagne de promotion…) que les autorités entendent mener, parfois en partenariat avec le secteur marchand, en Chine en 2005. Et comme le hasard fait parfois bien les choses, en 2005, la Chine célébrera l’année de la France.
Les professionnels du réceptif s’enthousiasment pour ce marché
Michel Barraud, PDG de Paris Vision
« Nous sommes très heureux que les Chinois soient autorisés à voyager : c’est le marché de demain et un grand nombre de nos actions à long terme sont orientées vers lui. Aujourd’hui, nous sommes toujours en phase de préparation. Une partie de notre brochure est en cours de traduction, elle sera présentée en novembre lors du salon de Shanghai. Pour le moment, nous n’avons pas encore adapté nos produits à cette clientèle spécifique, mais dès avril 2005, nous serons à même de proposer une production ad hoc, ne serait-ce qu’en matière de durée et de type de restauration ou de volume de sites à visiter. »
Jean-Paul Bridet, PDG de Cityrama
« C’est le marché de demain et nous n’entendons pas passer à côté. A compter du 1er novembre nous pourrons proposer des produits spécifiques, à la fois en mandarin et en cantonais. Reste que nous nous préparons finalement plus pour la deuxième vague, celle du tourisme individuel qui est notre cœur de cible, plutôt que pour la première, exclusivement constituée de groupes. »

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *