Les réceptifs à Paris soulagés par cette saison

La situation reste fragile.
Le niveau 2002 pas encore atteint.
Cela va mieux, mais ce n’est pas encore gagné. Malgré les espoirs du ministre délégué au Tourisme Léon Bertrand, la saison touristique se redresse, mais manque encore de souffle. « La France va maintenir sa fréquentation ainsi que son rang de première destination mondiale », a-t-il déclaré et « pourrait même l’améliorer et afficher une hausse de 2 % à 3 % ». Pourtant, la clientèle étrangère ne revient que petit à petit. « Nous constatons une légère amorce de reprise, mais nous ne sommes pas encore revenus aux niveaux de 2002 », analyse-t-on chez Cityrama. « Évidemment, la situation est meilleure que l’an dernier, remarque Michel Barraud, PDG de Paris Vision. Mais ce n’est pas difficile, car 2003 fut une année particulièrement noire. » Cette crise a d’ailleurs laissé des séquelles dans le secteur. « Nous avons certainement bénéficié de manière indirecte de la mauvaise santé ou de la disparition de petits réceptifs qui n’ont pu se maintenir pendant les mois difficiles. De plus, le marché Internet se structurant, les TO étrangers s’intéressent de plus en plus à nos prestations. Nous vivons un changement de marché », assure le PDG. Car la situation s’améliore, et c’est l’essentiel pour un secteur d’activité sinistré : « Nous nous redressons au-dessus du marché car nous avons conclu des partenariats avec des TO étrangers qui garantissent désormais plus de 40 % de notre activité, contre 30 l’an dernier », lance Michel Garraud. « Mais les hôteliers, excellents baromètres de l’activité réceptive et qui nous procurent 30 % de notre clientèle sont loin de connaître les taux d’occupation d’il y a deux ans (voir ci-dessous). Nous sommes donc encore dans une phase de rattrapage. » Parmi les bonnes nouvelles, les Américains ont retrouvé le chemin de la France : « C’est une hausse tranquille mais constante », notent les réceptifs. Enfin, le mois de septembre s’annonce exceptionnel.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *