Madagascar : en suivant la Nationale 7, depuis Antananarivo jusqu’à Tuléar

Destination

Madagascar, la Grande Ile, est baignée par l’océan Indien et le canal de Mozambique. Sa capitale Antananarivo possède un charme désuet que lui confèrent ses grandes maisons de briques rouges et leurs balcons de bois. La ville a amélioré à la fois sa propreté et la sécurité. La suppression du marché du Zoma, typique avec ses grands parasols blancs, y a contribué. Mais pour découvrir cette île, un voyage ne suffit pas. Premier contact en suivant la route nord-sud, la Nationale 7….
Madagascar a sa Nationale 7. C’est la route principale qui relie Antananarivo, la capitale du pays, à Tuléar, grosse bourgade au sud-ouest de l’île. Si l’on est aventureux, on peut s’engager à découvrir cette voie transversale au départ d’Antananarivo avec chauffeur, mais cela demande tout de même quatre jours de voyage… au moins – il y a près de 950 km entre les deux villes. Il est donc possible, voire recommandé si l’on manque de temps, de prendre un vol intérieur sur Air Madagascar pour se rendre à Tuléar (ou Toliara), et de là, remonter la route vers le nord en passant par le désert et le parc national de l’Isalo. Pour être mythique, la route a subi les outrages du temps et se trouve aujourd’hui dans un triste état. Elle est certes en cours de réfection mais depuis Tuléar il faut bien compter 4 heures pour rejoindre le site en évitant les nids de poule. Une fois arrivés à Isalo, dans le parc national, deux journées sont nécessaires afin de bien découvrir la faune et la flore de cette immense massif creusé de canyons. Il faut donc prévoir des chaussures de randonnée et ne pas craindre les heures de marche. Mais la vision d’un canyon bordé de pandanus, l’arbre typique de ces régions, ou d’un bassin naturel propice à la baignade dans lequel se jette une cascade feront oublier tous les efforts. Il faut conseiller à vos clients les plus « romantiques » de ne rater en aucun cas le coucher de soleil dans la « Fenêtre de l’Isalo », une sculpture naturelle. Tous les guides locaux informent de l’heure idéale… Sur place, on peut trouver différents modes d’hébergement, mais dans un tel environnement naturel il est recommandé de profiter du cadre inoubliable qu’offre le Relais de la Reine, un des plus luxueux hôtels de l’île (30 chambres et une piscine), construit en pierres et qui s’intègre à merveille au site. Il est également possible d’envisager des balades à cheval. En reprenant la Nationale 7 pour descendre plus au sud, se trouve Sakaraha (à environ 75 km du parc), ville champignon de bric et des broc née de la fièvre, non pas de l’or mais du saphir… Un univers de western où hommes et femmes vivent dans des habitations de fortune, creusant des galeries à la recherche de la pierre précieuse au péril de leur vie. Le long de l’unique rue principale, les banques du saphir achètent les pierres et les envoient principalement en Thaïlande et en Corée du Sud. Le retour à Tuléar et ses environs, c’est également un retour vers la nature, les belles plages sauvages d’Anakao et l’île de Nosy Ve (à ne pas confondre avec Nosy Be, au nord de Madagascar), repère d’oiseaux rares. Cette île, par exemple, est le seul lieu de nidification du paille-en-queue blanc. Pour rejoindre Anakao, merveilleuse presqu’île habitée en majorité par des pêcheurs, il est préférable de prendre le bateau à Saint-Augustin (la baie profonde est un ancien repère de pirates) et profiter de la plage et de la mer. Autour de Tuléar il y a d’autres sites intéressants à découvrir comme Ifaty (située plus au nord sur la côte ouest), charmante petite station balnéaire, et Sarodrano (sur la route qui mène à Saint-Augustin) qui doit, notamment, sa réputation à sa grotte d’eau douce.
Nosy Be, l’île super star au nord de Madagascar…
Le nord de Madagascar est la région la plus célèbre de l’île, Diego-Suarez (Antsiranana) et le parc national de la montagne d’Ambre, entre autres. Sur la côte nord-ouest, Nosy Be ainsi que toutes les îles environnantes sont des havres de paix où la nature et la faune ont été préservées, offrant à chaque saison des vacances de rêve. Ainsi, l’île aux Parfums est réputée pour ses plantations de canne à sucre, d’ylang-ylang et de poivriers. A Nosy Be, plusieurs hébergements sont possibles. Voici une sélection d’établissements de charme :
– Le Vanila Hotel, directement sur la plage face à l’île de Nosy Sakatia, a une décoration soignée. Il possède également un excellent restaurant.
– L’Heure Bleue est un établissement composé de 11 bungalows avec tout le confort et piscine. Il est situé sur la plage de Madirokely.
– Sur la plage d’Ambatoloaka (à l’autre bout de la baie), un hôtel à retenir, Chez Gérard et Francine, pourvu d’un jardin luxuriant.
– En retrait sur les hauteurs à moins de 5 minutes de la plage d’Ambatoloaka, les Boucaniers sont adossés à la forêt et proposent un grand confort dans un cadre au charme tropical grâce à sa végétation.
Gafilo, cyclone meurtrier
L’actualité vient d’éclairer de manière dramatique la destination puisqu’un énorme cyclone a balayé l’île au nord-ouest en entrant par la région de Mahajanga avant de revenir sous la forme d’une tempête tropicale, après un détour dans le détroit du Mozambique, par la province de Tuléar et la région de Tolagnaro (ex-Fort Dauphin). Il convient donc de se renseigner auprès des opérateurs sur l’état de l’hébergement avant de prévoir un voyage dans ces régions.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *