Majorque : L’île a accueilli le 1er Rallye Fram et dévoilé ses trésors aux participants

Destination

Ceux qui n’avaient pas la chance d’être au Rallye Fram à Majorque, du 12 au 15 mai dernier, ont à coup sûr manqué quelque chose. Le circuit choisi, les monuments visités, l’hébergement en hôtel Framissima au Rei del Mediterrani aussi bien que l’animation et l’organisation de ces 3 jours étaient irréprochables, et les 90 agents de voyages participants, conquis. L’idée était de revenir sur certains préjugés ayant traits à l’île des Baléares, notamment le côté « bétonné » et « tourisme de masse ». Ceux qui y étaient rêvent déjà d’y retourner.
Majorque a l’injuste réputation d’être une destination « bétonnée » et de « tourisme de masse ». Et de ne pas attirer un tourisme de qualité, rebuté par cette image peu flatteuse. Or quand on découvre l’intérieur de l’île par les petites routes, on a vite fait de revenir sur ce préjugé. L’île est magnifique, sauvage, préservée et montagneuse. Loin des clichés du « tout construit » et des hordes d’Allemands (ou de Français !) en shorts… Ce n’était pas le seul mérite de ce 1er Rallye Fram aux Baléares que de faire connaître un autre aspect de l’île aux 92 agents de voyages invités. Ceux-ci avaient été sélectionnés parmi les centaines de réponses au jeu des « idées reçues » publié par Fram dans le Quotidien du Tourisme. Et si certains des participants venaient d’agences ou d’ambassades Fram, la majorité était « hors réseau maison ». La direction du tour-opérateur avait pour but de faire découvrir la destination « autrement » : par les chemins de traverse et sous forme de balade touristique. L’occasion aussi pour le voyagiste toulousain de se donner une image plus « dynamique », dans une opération de grande envergure : d’où l’idée du rallye automobile pour partir à la découverte de l’île et juger par soi-même de la beauté des sites. Pari réussi ! Même les plus réticents ont été séduits par l’île espagnole. La gastronomie, les paysages, les monuments, la vieille ville de Palma, les réserves naturelles, les champs d’oliviers, les falaises se jetant dans la mer, la partie montagneuse de l’île… tout là-bas a surpris et enchanté l’ensemble des participants venus de toute la France. Répartis par équipes de quatre dans des petites voitures de ville, tous réseaux et origines géographiques confondus, les agents de voyages ont joué le jeu jusqu’au bout. Énigmes à résoudre, étapes à respecter, photos imaginatives à prendre (pour illustrer le thème des idées reçues), sketches ou chansons à inventer (toujours sur le thème des idées reçues !)… les 24 équipages avaient de quoi faire ! A la fin du rallye, les équipes qui avaient remporté le plus de points ont été sélectionnées et trois d’entre elles ont été « élues » pour leurs prestations artistiques par un jury de spécialistes (!). Les lots étaient des paniers de charcuterie locale (sobressada, saucisson, jambon, etc.) pour les 2e et 3e prix, et un séjour pour 2 personnes (pour chaque membre de l’équipage) à l’hôtel Framissima Rei del Mediterrani pour le 1er prix ! Tous sont repartis comblés par ce circuit dépaysant et enchanteur, avec un carnet d’adresses bien rempli, des souvenirs plein la tête et quelques préjugés en moins… De quoi donner envie à leurs collègues restés en France de vendre, eux aussi, la destination Majorque.
Le parcours du Rallye Fram à Majorque
1re journée : parc naturel d’Albufera, Ermita de Betlem, Santuari Salvador, Cala Mesquida, grottes d’Arta, Ermita de Bonany, Sineu… avec arrêt le midi à la ferme Son Mesquida (Cami de Son Mesquida), une ferme-auberge située entre Sant Llorenc et Manacor, qui sert des spécialités locales à base de produits issus de la ferme (Juan Santandreu, le patron, propose aussi la visite de l’habitat familial traditionnel transformé en musée typique majorquin) ; et le soir dîner au Ca’s Metge Monjo.
2e journée : Puerto Pollenca, Soller, Sa Calobra « torrent del Pareis », Deia (village d’artistes), Valldemossa (la chartreuse, lieu des amours de George Sand et de Frédéric Chopin…), cap Formentor… avec déjeuner à midi au restaurant Can Costa, sur la magnifique route de la corniche entre Deia et Valldemosa, et le soir dîner au restaurant de l’hôtel, le Stella Maris.
Face à la baisse de fréquentation, l’île réagit
L’objectif de Fram de faire découvrir Majorque « autrement » aux agents de voyages participe aussi d’une volonté politique du gouvernement autonome des Baléares de redorer l’image de la destination. Tourisme vert (beaucoup de sites agritouristiques ont ouvert ces dernières années), tourisme de qualité, regroupements d’hôteliers en associations pour promouvoir certains coins de l’île (comme l’Asociacion Hotelera de Playa de Muro), nouvelles lois de protection du littoral et nouvelles normes de construction, rien n’est trop beau pour améliorer la réputation de l’île. Longtemps cantonnée à un « tourisme de masse », avec une clientèle troisième âge venue chercher le soleil, Majorque renoue depuis quelques années avec son histoire, ses traditions, sa gastronomie, la beauté de ses paysages et son patrimoine. Et c’est tant mieux. Car Joan Bauça, le conseiller du ministre du Tourisme pour le gouvernement autonome des Baléares, a beau mettre la chute de fréquentation de l’île (– 30 % pour le marché allemand, et – 15 % pour le marché français depuis 3 ans, alors qu’ils représentent à eux deux la moitié du tourisme de l’île) sur le compte de l’euro, de la crise en Irak et du 11 septembre 2001, il était temps que la première île des Baléares se reprenne en main. Avec ses 300 km de côtes, sa richesse et sa diversité, elle aurait tort de s’en priver !
La production Fram sur l’île de Majorque
Fram est le premier mais aussi le plus ancien voyagiste français sur les Baléares. Philippe Polderman y a dès les années cinquante développé une stratégie touristique, avec la complicité de Rafael Nadal, aujourd’hui responsable de la filiale réceptive Viajes Franco Española, pour toute l’Espagne et les Baléares. Rafael Nadal se souvient encore de cette époque où il accueillait « 400 touristes français par an, avec des charters pour… 22 passagers ! Aujourd’hui, on tourne en moyenne à 340 000 touristes français par an ! ». La filiale de Fram, créée en 1978, emploie 70 personnes pour la zone Espagne, Baléares et Canaries. La filiale Framotel Espagne, créée en 1983, a vu l’acquisition par Fram de l’hôtel Ambos Mundos, un 3 étoiles devenu le premier hôtel Framissima en 1984, de l’hôtel 3 étoiles Pamplona (à Playa de Palma) en 1986, puis de l’hôtel 4 étoiles Rei del Mediterrani (à Puerto de Alcudia) en 1992. Dirigée par Toni Luis Bibiloni, elle emploie actuellement 150 personnes. L’offre de Fram sur les Baléares, entre « circuits découverte » et formules « séjours », est aussi variée qu’abondante. Déclinée en deux thèmes, l’un axé sur « la découverte de Majorque », l’autre sur « les traditions majorquines », la formule circuits permet d’aller à la rencontre de l’île, de son histoire et de ses habitants. Les séjours en hôtels Fram misent eux aussi sur la qualité : l’offre va du 2 au 5 étoiles luxe, dont un (l’hôtel 3 étoiles Calma) en Framéco (meilleur rapport qualité-prix). En Framissima, en plus des deux hôtels cités plus haut, on trouve, côté verdure, le Castell dels Hams, dirigé par Juan Santandreu, avec, comme pour les autres, de nombreuses activités sportives, animations et loisirs.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *