Martinique et Guadeloupe s’affichent ensemble

Destination

Les deux comités se sont associés avec des compagnies aériennes et des TO.
Des animations, éductours et challenges vendeurs sont prévus en parallèle.
Le résultat d’un travail commun des pouvoirs publics et des professionnels.
La vertu des grands, c’est de ne jamais renoncer. Incontestablement, les Antilles françaises ont cette qualité, tant leur opiniâtreté à relancer une destination en constante perte de vitesse depuis l’an 2000 est grande. Ainsi les deux comités du tourisme de la Martinique et de la Guadeloupe ont uni leurs efforts pour lancer depuis avant-hier une campagne de publicité grand public, en partenariat avec Air France, Air Caraïbes et Corsair et différents tour-opérateurs, comme Thomas Cook, Exotismes, Tourinter, Fram, Jet tours, Look, Starter, JV Voyages, Kuoni, NF, TUI… Jusqu’au 27 avril, les métropolitains peuvent voir sur une affiche une belle plage, mais surtout un prix. Pour 599 euros entre mai et juin, les différents TO participants proposent un séjour hôtelier d’une semaine, vol compris. La pub renvoie aux agences de voyages pour l’achat. Celles-ci bénéficient de plus d’une animation particulière en vitrine comme c’est le cas pour les agences Thomas Cook, mais des TO comme Starter se proposent parallèlement d’organiser des éductours, des challenges vendeurs pour assurer le relais dans la distribution. Cette campagne est aussi une belle réaction. Le cru 2003 s’était révélé plutôt amer pour les agences de voyages, puisque les ventes de forfaits sur ces îles avaient chuté de 23,6 % selon les chiffres du Ceto. Ces chiffres venaient après une polémique lancée par Accor fin 2002 sur le niveau de qualité de l’accueil jugé insuffisant par le groupe hôtelier. Une spirale de la défaite semblait enclenchée. Mais les professionnels et les pouvoirs publics se sont mobilisés pour inverser la tendance. Ainsi, un Club Outre-Mer a été créé en mars 2003 chargé de la promotion au sein de Maison de la France, une loi-programme a été promulguée pour relancer la rénovation du parc hôtelier et la formation du personnel touristique, le Comité de Guadeloupe a vu son budget augmenter de 10 ME pour la promotion et la reconquête de parts de marché, les TO ont multiplié les formules all inclusive pour contrer la concurrence des Caraïbes hispaniques. Enfin, les compagnies aériennes ont baissé leurs tarifs significativement. Sera-ce suffisant ?
Une saison hiver 2003-2004 en dents de scie
Difficile de juger la saison qui vient de s’écouler, les résultats étant contrastés selon les voyagistes. Ainsi Exotismes est ravi de la cuvée hiver 2003-2004 : « Les ventes ont augmenté de 30 % par rapport à la même période de l’exercice précédent, constate Gilbert Cisnéros le PDG. L’image semble enfin restaurée grâce aux partenariats conclus avec les comités du tourisme qui ont pu amplifier les campagnes de pub vers les professionnels ou le grand public. De notre côté, le succès rencontré par la nouvelle formule all inclusive en Martinique nous pousse à développer le concept en Guadeloupe cet été avec l’ouverture de deux hôtels tout compris dans l’archipel. » Mais d’autres, comme Fram ou Starter, n’y trouvent plus leur compte. « La chute sur les Antilles est de l’ordre de 25 % par rapport à l’an dernier et de 50 % par rapport à il y a trois ans », explique Richard Soubielle, directeur de la production de Fram. Daniel Fechting, DG de Starter, évalue la chute des ventes « entre 5 % et 10 %, avec une baisse plus sévère pour la Guadeloupe ». Les deux directeurs veulent croire en un électrochoc avec cette campagne : « Nous sommes liés aux Antilles avec nos réceptifs et nos hôtels, alors j’espère que la pub va au moins attirer l’attention », analyse, réaliste, Richard Soubielle. Il ajoute : « Le manque de sièges ne peut plus être invoqué pour justifier l’érosion de la fréquentation touristique. » Désormais, Air Caraïbes, qui s’ajoute à Air France et Corsair, offre six fréquences hebdomadaires sur chacune des deux îles.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *