Martinique : le chikungunya inquiète les professionnels du tourisme

Destination

Les professionnels du tourisme martiniquais s'inquiètent de l'arrivée du chikungunya, ce virus apparu sur leur île en décembre.Les deux premiers cas ont été annoncés le 20 décembre par l'Agence régionale de santé (ARS) et depuis le nombre de cas ne cesse d'augmenter a indiqué l’AFP. Lundi, 24 cas confirmés et 8 probables étaient recensés, contre 13 cas confirmés la semaine précédente. Les habitants ont découvert le chikungunya lors du signalement des premiers cas à Saint-Martin, début décembre marquant son apparition aux Antilles, puis quelques semaines plus tard dans la Guadeloupe voisine et enfin en Martinique. Si les professionnels du tourisme ne constatent pour l’heure "aucune annulation" en lien avec l'apparition du chikungunya, la vigilance demeure. Mais la crainte tient plus à l'emballement médiatique et à la "mauvaise réputation" du virus qu’au chikungunya lui-même. Yves Jacquet, directeur de l'hôtel de luxe Bakoua, situé dans le sud de l'île, aux Trois Ilets, explique que c'est "un souci majeur pour nous, on a connu le chikungunya et les ravages que ça a fait sur le secteur touristique à la Réunion (2005-2006) et il est fort possible que, si on a ce phénomène sur la Martinique, ce sera catastrophique". Même son de cloches pour Guy Maranzana, directeur de l'hôtel La Batelière, dans le centre de la Martinique, qui recommande la plus grande prudence car "Nous sommes dans une économie extrêmement fragile, il faut faire très attention à la manière dont on communique". Le comité martiniquais du tourisme (CMT), en contact constant avec l'ARS, insiste sur la nécessité de "transparence" afin de conserver "le capital confiance".

Publié par La Rédaction
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *