Mondial au Brésil : Kaka et Juninho s’engagent contre le tourisme sexuel

Destination

L’Ecpat renforce sa campagne contre l’exploitation sexuelle des enfants pendant la Coupe du monde de football. Outre ses partenaires habituels du tourisme (compagnies aériennes, TO…) sont venus en appui deux joueurs brésiliens connus dans le monde entier, Kaka et Juninho.Le symbole était fort. L’Ecpat (association de lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants) avait "invité" le 4 mars, à cent jours de la Coupe du monde de football, du 13 juin au 13 juillet au Brésil, deux champions du ballon rond brésiliens à témoigner de leur engagement. Kaka et Juninho ont en effet décidé d’apporter leur soutien à l’action de prévention menée par l’association contre la prostitution enfantine au Brésil. C’est le deuxième volet de la campagne lancée en septembre dernier à Top Résa sur le thème "Ne détournez pas le regard" (lire).

Après l’épisode malheureux d’Adidas et de ses t-shirts d’un goût douteux (voir photo ci-dessous), Dilma Roussef, la présidente du Brésil, elle-même, avait réagi sur Twitter. "Le gouvernement (brésilien) va intensifier ses efforts de prévention contre l'exploitation sexuelle des enfants et des adolescents pendant le Carnaval et la Coupe du monde" avait-elle tweeté le 25 février. Eleonora Menicucci, ministre des Politiques pour les femmes brésilienne, s’était, elle, insurgé contre "les images et les phrases qui lient le Brésil au tourisme sexuel" présentées sur ces vêtements de l’équipementier sportif. "C’est un imaginaire que nous nous efforçons d’enterrer définitivement" a-t-elle ajouté. Mais le pays est également connu pour la prostitution enfantine avec quelque 250.000 mineurs concernés selon la police brésilienne.
On comprend que des personnalités du sport vedette au Brésil aient emboîté le pas de leur présidente sur ce sujet.
Juninho, ex-joueur de l’OL, exhorte ainsi les touristes français à "ne pas détourner le regard" avec une première vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=zembXwJ8EIQ) ainsi qu’une affiche invitant à un tourisme responsable. Car l’idée est aussi de signaler les cas d’exploitation sexuelle : "si vous êtes témoin, appelez le numéro 100" déclare le joueur de foot. Kaka en a fait de même, en langue portugaise pour le moment (le sous-titrage est attendu pour bientôt).

"Il ne s’agit pas de stigmatiser les supporters de football, a commenté Jean-Cyril Spinetta, président d’honneur d’Air France, partenaire de l’association et de la campagne. Mais ils ont parfois l’occasion de succomber aux tentations offertes." Philippe Galland, directeur exécutif d’Ecpat France, ne dit pas autre chose : "Loin de chez eux, dans un contexte festif et exotique, ces supporteurs peuvent devenir des touristes sexuels occasionnels." Il faut leur rappeler que recourir à la prostitution enfantine, en France comme à l’étranger, est passible de 3 à 7 ans de prison. Un tel comportement a "des conséquences pénales en France", souligne-t-il.
Une information qui passe aussi par les professionnels du tourisme qui peuvent contacter l’Ecpat afin de recevoir des dépliants et autres documents ou se former en ligne (http://ecpat.petitfute.com/login/index.php).
Pendant le Mondial de football, le Brésil se prépare à recevoir 600.000 touristes étrangers et trois millions de Brésiliens devraient se déplacer entre les douze villes hôtes de la compétition de la Fifa..

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *