Nos 3 arguments choc pour vendre les îles Cook

Destination
Seul bémol, vos clients devront être patients pour atteindre les îles Cook : entre 35 et 59h de voyage. Le paradis se mérite ! ©Adobe Stock

L’archipel est un confetti au milieu du Pacifique et de cette immense région qu’est la Polynésie. Les îles Cook accueillent tout de même plus de 150 000 touristes chaque année. Et comptent beaucoup sur les voyageurs français. Voici nos arguments de vente pour séduire vos clients.

 

1# Les îles Cook sont aussi belles que Tahiti… mais moins chères

Ces îles, anglophones du fait de leurs liens très étroits avec la Nouvelle-Zélande, sont avant tout polynésiennes. Vos clients y retrouveront donc des paysages de carte postale avec de très belles plages de sable blanc, des lagons aux eaux turquoise et des montagnes luxuriantes (le point culminant de l’île principale de Rarotonga est situé à 658 mètres d’altitude). « C’est encore plus beau que Tahiti, m’a dit un jour un tour-opérateur avec lequel je voyageais ! », souligne fièrement Nicholas Costantini, le directeur général pour l’Europe du Sud de l’office du tourisme des îles Cook. Si le transport aérien et les hébergements demeurent les plus importants postes de dépenses pour y séjourner (comme pour la Polynésie française), les activités sur place sont plus abordables, que ce soit pour faire du snorkeling, de la plongée, du quad ou encore de la randonnée. A noter que la plupart des randonnées sont accessibles en autonomie (contrairement à la Polynésie française).

2# Les îles Cook misent sur le tourisme éco-responsable

C’est le parti pris de cet archipel, qui sera, lui aussi, sujet à la montée des eaux due au réchauffement climatique dans les prochaines années. Développer le tourisme est « essentiel » selon l’ambassadrice de Nouvelle-Zélande en France Jane Coombs, à condition de « s’engager pour l’environnement ». Les îles Cook comptent ainsi devenir le premier pays à être alimenté à 100% par des énergies renouvelables. « Nous sommes déjà à 80% », assure Nicholas Costantini. « Le plastique est interdit et de nombreux projets de protection de l’environnement existe. » De nombreux moyens de transport sont électriques, les activités sur place sont tournées vers la nature (yoga, kayak, vélo, randonnée, paddle illuminé la nuit sur le lagon…) et vers l’écosystème des îles Cook (tour guidé du lagon à la découverte des coraux, par exemple). Quant aux infrastructures hôtelières, point de chaîne internationale à l’horizon : elles n’ont tout simplement pas le droit d’être là, au profit de B&B adaptés aux familles et de boutique-hôtels qui séduiront les jeunes mariés.

 

3# Les îles Cook sont accessibles sans visa

Il n’y a pas besoin de visa pour se rendre dans l’archipel : un simple passeport en cours de validité et un billet retour permettent de séjourner dans l’Etat jusqu’à 31 jours.

Les îles Cook sont situées à 3h de Tahiti, 3h50 d’Auckland et 9h30 de Los Angeles. L’arrivée s’effectue à l’aéroport de Rarotonga.

Plusieurs options existent pour rejoindre la destination depuis Paris. Il est ainsi possible de rallier Los Angeles puis de gagner les îles Cook directement grâce à un vol hebdomadaire opéré par Air New Zealand. Autre possibilité : Singapore Airlines assure la liaison depuis Paris (via Singapour et Auckland) de bout en bout. Mais le temps de voyage est très élevé : 59h45 !

Des outils pour les agents de voyages

La destination polynésienne mise beaucoup sur le marché français. La représentation européenne des îles Cook a organisé courant janvier des workshops en France, notamment à Paris et à Lyon. Un site web et une brochure entièrement rédigés en français sont aussi à la disposition des professionnels du tourisme pour promouvoir la destination. Asia, Ultramarina (Australie à la carte) ou encore Australie Tours mettent déjà les îles Cook  en brochure en tant que voyage ou en tant qu’extension depuis la Nouvelle-Zélande ou l’Australie. Plus d’informations auprès de Nicholas Costantini (nick.costantini@cookislands.travel).

Publié par Manon Gayet

Journaliste

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *