Nouvel enlèvement au Kenya : le Quai d’Orsay déconseille formellement la région de Lamu

Destination

Une ressortissante française a été enlevée au Kenya par des hommes armés qui ont fait irruption au milieu de la nuit sur l'île de Manda, dans l'archipel de Lamu, où elle séjournait. De son côté, le ministère français des Affaires étrangères a émis le 1er octobre une nouvelle recommandation déconseillant "formellement de séjourner dans l'archipel de Lamu et dans sa région (proximité de la frontière somalienne)".
Le Ceto précise que "les autres zones balnéaires (dans la région de Mombasa) et les zones de safari (notamment les parcs nationaux de Samburu et Shaba) ne sont pas concernées". Il précise qu'on ne sait pas encore si le festival de culture swahili, organisé avec le soutien financier de la France qui devait se tenir en octobre à Lamu, sera maintenu. "La ressortissante française n'était pas une touriste, mais une retraitée qui vivait la majeure partie de l'année dans cette île de Manda depuis 15 ans" insiste encore le Ceto. Selon les dernières informations, cet enlèvement semble avoir été soigneusement préparé et prémédité. Rappelons que début septembre, un commando armé s'en est pris à un couple de Britanniques dans une station touristique proche de Lamu. L'homme a été tué, la femme enlevée. Des pirates somaliens ont affirmé qu'elle était en captivité sur le sol somalien, attisant les craintes de voir les pirates opérer de plus en plus du côté kényan de la frontière.

Publié par La Rédaction

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *