Nouvelle Zélande : une taxe touristique et un ETA en prévision

Destination

Selon le site action-visas.com, les touristes arrivant en Nouvelle-Zélande pourraient être soumis à une taxe d’arrivée ainsi qu’à la saisie d’une autorisation électronique de voyage en 2019.

 

Les autorités néo-zélandaises vont démarrer un processus de consultation quant à l’introduction d’une taxe touristique, dont le montant pourrait atteindre 35 NZD (21,00 euros), afin de réduire les dépenses des contribuables et collectivités locales relatives aux infrastructures touristiques du pays. Selon le ministre du Tourisme néo-zélandais, M. Kelvin Davis, « la croissance rapide du pays a eu un impact sur les coûts et sur la disponibilité des infrastructures fournies par le secteur public, de nombreuses régions ont du mal à faire face et ont besoin d’améliorations afin que les voyageurs du monde entier puissent pleinement profiter de leurs séjours ». Les voyageurs australiens, les habitants des îles du Pacifique ainsi que les enfants de moins de 2 ans seraient exemptés de cette taxe dont le prélèvement s’effectuera sur les frais de visas, qui seront revus à la hausse, et/ou via la mise en place d’un ETA…

 

De nombreux voyageurs souhaitant visiter, travailler ou emménager en Nouvelle-Zélande devraient donc être impactés par cette augmentation des frais de visas qui pourraient intervenir d’ici la fin de l’année 2018. Le visa de travail subirait une augmentation de ses frais de 54%, passant ainsi de 355 NZD à 547 NZD; le visa de visite augmenterait de 10% voyant son coût atteindre les 166 NZD; les frais d’immigration seraient revus à la hausse de 43% pour arriver à un montant de 830 NZD.

 

Pour la récolte de cette taxe donc, les autorités locales envisagent la création d’une Autorisation de Voyage Electronique (ETA) pour les citoyens bénéficiant actuellement d’une exemption de visa, dont les ressortissants français et de l’U.E. font partie, toujours à l’exception des voyageurs australiens, des habitants des îles du Pacifique et des enfants de moins de 2 ans. S’inspirant des nombreux pays ayant mis en place ce type de démarche en ligne préalable à l’arrivée (USA, Canada, Australie,…), le gouvernement annonce que ce procédé renforcera la sécurité frontalière et accélérera la vérification des données personnelles des voyageurs à l’arrivée. Ce futur ETA serait valable pour une durée de 2 ans et devrait coûter 9 NZD.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *