Le Japon, « la destination de tous les records » pour les TO et agences

Destination

A 31,19 millions de touristes en 2018, le Japon vient de battre son sixième record de fréquentation consécutif. Les Français ont été 12,5% plus nombreux à visiter le Japon l’an dernier. Réunissant les professionnels de la destination Japon, la Pata France a consacré une matinée au pays du Soleil levant.

 

En huit ans, le nombre de touristes français au Japon a doublé: de 151.000 en 2010 à quelque 300.000 en 2018, annonce l’OT du Japon en France.  Et ce alors que le prix d’un voyage est « un des plus élevés » dans la production Asie des tour-opérateurs. Guillaume Linton, président d’Asia, évoque ainsi un panier moyen de « plus de 6.000€ » pour un voyage. Ce qui fait du Japon pour son TO « la première destination en termes de chiffre d’affaires ».

 

Sept ans après la catastrophe nucléaire de Fukushima, la destination Japon rencontre le succès à travers le monde. « Plus de 30 millions de touristes ont été accueillis l’an dernier, une première pour le tourisme japonais » souligne Mme Nakayama, directrice de l’OT en France. L’objectif du JNTO étant d’atteindre les 40 millions en 2020 pour les prochains jeux Olympiques à Tokyo.

 

« Un rêve pour beaucoup »

Les Français veulent découvrir ce pays « totalement dans la modernité, ultra-futuriste et au patrimoine préservé et vivant » selon Guillaume Linton, également président de la Pata France.  « Le Japon est un rêve pour beaucoup », assure Charlotte Okamura de l’OT du Japon en France, qui le « constate à chaque fois sur des salons de tourisme par exemple ». « En France et à Paris, les manifestations culturelles sont nombreuses. Elles nourrissent chez les Français l’envie d’aller au Japon » explique-t-elle.

 

« Des jeunes prescripteurs »

Sur le marché français, l’OT se félicite de susciter toutes sortes de voyages : en groupes, individuels, sur mesure… « De plus en plus en famille et pour des longs séjours de 3 semaines à un mois » précise Charlotte Okamura. Et d’ajouter que la campagne de communication « Enjoy My Japan » présente beaucoup d’activités possibles (art, nature, culture…). « Ce qui est intéressant, c’est que le public de cette destination se renouvelle et rajeunit, observe Florence Ichkhan, chef de marché Japon chez Asia. On voit les enfants être devenus prescripteurs sur le Japon : c’est l’effet manga. »

 

Une offre renouvelée

Chez Kuoni, la programmation de circuits est montée à « 5 produits cette année contre 2 l’an dernier », indique Catherine Lesseur, chef de produit. Avec un nombre de clients « en hausse » pour un panier moyen « en hausse également », elle estime avoir plutôt des voyageurs qui font un premier tour au Japon.

 

 

 

 

Les repeaters s’adressant davantage ensuite aux « TO spécialistes ayant une production à la carte ».  Chez Asia, Guillaume Linton confirme avoir des clients qui ont fait « jusqu’à quatre voyages » au pays du Soleil levant ! « Les gens sont accueillants et tout fonctionne au Japon, ce qui est agréable à vivre quand on visite » souligne Charlotte Okamura.

Le défi du Japon l’hiver

Pour Ayako Nishima, responsable grands comptes de Japan Airlines, il faut « se rendre l’hiver au Japon ». Outre des paysages différents –« il n’y a pas que les cerisiers à voir au Japon »-, la jeune femme souligne les avantages de la période. « Entre novembre et la mi-mars, hormis la semaine du Nouvel an lunaire, il y a moins de monde sur les sites. Les prix des hôtels sont moins chers et il y a plus de places sur les vols. Certes il peut faire froid dans certaines régions, mais le ciel est bleu et lumineux. »

Des vols sur d’autres villes que Tokyo

Les possibilités de vols sur Tokyo sont « multiples au départ de France » a rappelé Guillaume Linton citant AF, JAL, ANA, les transporteurs du Golfe, de l’Asie, etc. Pour « les groupes de 10 à 100 personnes », Valérie Broquet d’Aeroflot a signalé que sa compagnie opérait en A330. Pour Qatar Airways, Sabine Cavalier a annoncé qu’en plus du vol quotidien sur Narita et Haneda, sa compagnie allait « ouvrir bientôt Osaka ».

 

 

Car les liaisons sur d’autres villes japonaises deviennent importantes. Le vol de Cathay Pacific sur Komatsu donne, par exemple, accès direct à Kanazawa. La JAL qui propose « un vol par jour entre Paris CDG et Tokyo Haneda est aussi partenaire de British Airways (Londres-Osaka ouvrira le 31 mars), Finnair (Fukuoka, Osaka, Nagoya) et Iberia (5 vols hebdo Madrid-Tokyo Narita depuis octobre) ».

 

Les Before de la Pata

Lors de la matinée de la Pata France consacrée au Japon, les 45 participants ont été reçus à la Maison de la Culture du Japon à Paris. Un Before (petit déjeuner) avec vue sur la Seine et les jardins du Trocadéro depuis la terrasse de ce bâtiment moderne (ouvert en 1997) dédié à la culture japonaise.  Agents de voyages, commerciaux de compagnies aériennes, tour-opérateurs, hôteliers… sans oublier l’office de tourisme du Japon, les acteurs de la destination ont l’occasion d’échanger. Sous forme de rendez-vous autour d’une destination dès 8:30 du matin, les « Before » de la Pata  sont ouverts aux non-membres de l’association. C’est un moment pour trouver de nouvelles idées, voire de nouveaux partenariats. Le prochain « Before » de la Pata, mardi 19 février, est consacré au Sri Lanka.

-
Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (4)

  1. Pour être au Japon depuis 2011 et avoir vu l’évolution du tourisme ici, je peux confirmer que la destination attire de plus en plus et que l’on n’est qu’au début du phénomène.

  2. Nous voici au pied du mur !
    Nos élus veulent rester les premiers en quantité avec 100 millions de visiteurs étrangers attendus…
    • Investissements déficitaires obligatoires, aéroports, gares, bus, hébergements…
    • Frais de fonctionnements en hausse : ouverture des musées 7/7 et plus tard -actuellement Louvre fermé le mardi et à 18H sauf un jour par semaine…) ; carburant dépensé (déficit balance des paiements) ; office de tourisme, restaurants et hébergements face au 35 H ; accompagnements nécessaires en de nombreuses langues, animations à dimensions multiculculrelles…
    Japon : 6.000€ de dépenses par touriste étranger
    France : 700 € de devises par étranger + 700€ de déplacement = 1.400€
    Jusqu’à quand seront nous stupide ?

  3. Des pays que j’ai visités, la France et le Japon sont comme des jumeaux. On y trouve un réseau très développé de trains desservant les centre-villes, la gastronomie aux milles spécialités locales, de nombreux sites naturels et historiques. Au Japon, j’ai apprécié les chaînes de « business hôtels » dont les hôtels sont situés près des gares, quais, aéroports et des stations de métro. Les chambres sont petites, économiques mais fonctionnelles et permettent de se loger en plein centre-ville. Il faut dire qu’au Japon, on trouve le meilleur et le pire. On y trouve à la fois des mets locaux frais et des aliments contenant des produits chimiques. Entre les deux on trouve des aliments emballés dont les agents de conservation sont insérés dans un sachet séparé. Au Japon, on peut « manger par-terre ». et en tant que touristes tous nos faux-pas sont pardonnés. C’est un pays sécuritaire et on se donne parfois la peine de vous montrer le chemin, vous prêter un parapluie, rapporter vos objets perdus (avec tout son contenu). Il y a de nombreux blogs et sites web en français pour découvrir le Japon. On est jamais trop renseigné pour visiter le Japon. On peut se renseigner et se préparer durant des années, on sera toujours émerveillé en visitant le Japon. On a quand même besoin d’un minimum de préparation. Seulement pour comprendre les réseaux de transports de la région de Tokyo nécessite des journées de lectures.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *