Québec : le tourisme Amérindien à la rencontre des professionnels français

Destination

Les voyageurs français au Canada sont nombreux à vouloir découvrir la culture amérindienne. Si les TO proposent souvent des activités sur cette thématique, les descendants des premiers habitants en voudraient plus. L'un d'entre eux est venu à Top Resa, sur la zone "Québec" du (beau) stand Canada.
L’offre touristique autochtone –terme que les peuples natifs préfèrent à Amérindien– s’est constituée en association il y a 25 ans. "Même si nous avons accueilli des touristes français il y a quelques siècles déjà" plaisante Sébastien Desnoyers-Picard, en référence à l’arrivée des Français en 1534 avec Jacques Cartier.
 
Aujourd’hui Tourisme autochtone Québec ou TAQ (l’ex-Société touristique des autochtones du Québec) rassemble 159 membres hôteliers, artisans, musées, etc. proposant des "expériences touristiques". Soit plus de trois quarts de l’offre, le secteur dénombrant 194 entreprises autochtones.

Depuis six ans, le nombre de membres a doublé. Le poids économique croissant du tourisme les a convaincus de s’unir. "Avec 3.500 emplois, le tourisme autochtone accueille 816.000 visiteurs par an" indique le jeune homme, conseiller marketing de l'association.

Des Français très intéressés
Parmi la clientèle de la TAQ, les Québécois sont largement majoritaires (80%),  les Français représentant 10%. Une part que le jeune homme souhaite développer. Car les Français ont "une vraie curiosité pour la culture autochtone". D’ailleurs, la plupart des TO français intègrent dans leurs circuits ou autotours une activité liée au tourisme autochtone. Pour faciliter la programmation, l’offre est structurée autour de 4 thématiques :
–    Nature –aventure
–    Chasse et pêche
–    Arts et culture
–    Hébergement – gastronomie
L’hébergement proposé en yourte, en tipi, dans un hôtel ou chez l’habitant est une occasion d’échanges.

Tourisme durable
 Outre l’enjeu économique, le tourisme est aussi un projet de société.  "Nous travaillons avec les communautés notamment auprès des jeunes en les formant et les informant pour leur montrer l’intérêt du tourisme. Quel que soit le métier qu’ils font, c’est un apport pour l’économie et la culture autochtone" explique Sébastien Desnoyers-Picard.

Car à travers leurs produits touristiques, les Wendats, Micmacs, Atikameks et autres Nations (tribus) proposent aux voyageurs "une expérience avec le passé". Le guide autochtone rattachant sa narration à ses ancêtres devient "créateur d’émotions", comme au célèbre musée des Premières nations à Québec.

Pour ses opérations de promotion à l’étranger, le tourisme autochtone a le soutien des deux OT nationaux et provinciaux, Destination Canada et Québec Original. Contact : Info@tourismeautochtone.com.

 

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *