Recettes touristiques : La France toujours troisième derrière les Etats-Unis et l’Espagne

Destination

Le tourisme en France a affiché un solde excédentaire de 10,3 milliards d'euros en 2013, soit un milliard de moins qu'en 2012, selon les chiffres clés du secteur rassemblés dans un bilan de la Direction générale des entreprises (DGE, ex-DGCIS).
 Ce solde de 10,3 milliards d'euros est la différence entre 42,2 milliards de recettes touristiques issues des visiteurs internationaux et 31,9 milliards de dépenses des Français à l'étranger, selon ce bilan mis en ligne sur le site internet de la DGE. Avec 42,2 milliards d'euros de recettes, la France confirme son 3e rang mondial derrière les Etats-Unis et l'Espagne. Le président François Hollande a exprimé son ambition de voir la France damer le pion à l'Espagne à ce sujet. Il veut que la France parvienne bientôt à "dégager le premier solde touristique" en Europe, avait-il dit en érigeant il y a un an le tourisme au rang de "cause nationale", pour doper la croissance de la France. Numéro un des recettes touristiques en Europe, l'Espagne revendique en effet 45,5 milliards d'euros de rentrées pour seulement 60,7 millions de visiteurs étrangers, contre 84,7 millions en 2013 (+2%) en France. Quant aux Etats-Unis, ils font la course en tête au niveau mondial avec 105,1 milliards d'euros de recettes pour 69,8 millions de touristes internationaux accueillis. La France conserve néanmoins son premier rang mondial concernant le nombre de touristes internationaux.
 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Raisonner en volume conforte l’idée qu’il faut continuer à faire comme avant ! C’est à dire dépenser pour faire venir plus de monde.
    Ce point de vue peut être relativisé par une approche plus fine :
    Un voyageur étranger en France a dépensé en moyenne 614 € en 2013.
    En Espagne 975 € en GB 925 € et 970 € en Allemagne.
    Une autre stratégie peut viser à optimiser les acquis avec des résultats spectaculaires.
    Si Chaque étranger dépense + 11,62 € la recette augmente de 1 Milliard et avec 24€ on parvient à 3 Milliards de rentrée nette de devises par an.
    Recevoir toujours plus de monde coûte cher en investissements peu rentabilisés.
    En temps de crise, changeons de paradigme : mobiliser les prestataires publics et privés pour mieux accueillir et faire plus dépenser.
    Que chacun à sa place réfléchisse à comment faire dépenser ces quelques Euros en plus chez un autre prestataire est un défi qui se prépare ensemble.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *