Redécouvrir Copenhague sur les pas d’Andersen le temps d’un week-end

Destination

Le vol direct Lyon-Copenhague opéré par SAS depuis le 1ernovembre 2004 est une véritable invitation à la découverte de cette ancienne cité de pêcheurs. Alors pourquoi ne pas venir flâner sur les pas d’Andersen, et de ses contes qui ont bercé notre enfance, le temps d’un week-end? Copenhague fête cette année le bicentenaire de la naissance de son célèbre citoyen.
La Petite Sirène, figure emblématique de Copenhague, risque fort d’avoir le tournis en 2005! Bien des touristes devraient en effet venir admirer la statue érigée à l’entrée du port en l’honneur du célèbre écrivain danois, Hans Christian Andersen… La capitale honore en effet cette année la mémoire de son célèbre conteur né le 2 avril 1805. Théâtre, opéra, peinture, musique, spectacles… aucun art n’échappera à cette grande commémoration (*) dont le coup d’envoi a été donné le 19 décembre dernier au Royal Copenhagen Porcelain Shop. Sept « tables de Noël » avaient été dressées par des artistes fleuristes afin de replonger le visiteur dans l’univers des contes d’Andersen. Ici, celle du Marchand de sable, là celle de la Princesse au petit pois et plus loin celle du Rossignol… « Nous espérons bien sûr que ces festivités poussent plus encore les Français à venir découvrir les charmes de notre cité. Avec le vol direct mis en place par SAS depuis Lyon Saint-Exupéry, les Lyonnais sont à deux heures de chez nous. Une belle opportunité, non ? », lançait Henrik Thierlein, responsable du bureau de presse international de Copenhague aux journalistes régionaux invités en décembre dernier. Une opportunité pour les habitants de Rhône-Alpes, comme pour la cité danoise qui gagnerait à être plus connue des Français ! En 2003, la ville avait enregistré 56 243nuitées de visiteurs français, soit 2,35% du total réservé par les touristes étrangers (2 398 590). Après une année de recul (- 6,2% de nuitées entre 2002 et 2003), l’heure est à la reprise avec une hausse de 5,9% de janvier à novembre 2004. Mais le marché français, placé en 8e position, loin derrière les pays scandinaves, la Grande-Bretagne et les USA, reste à développer. Le potentiel est là et Rhône-Alpes peut désormais y contribuer. « Jusqu’ici 7% des clients de SAS France venaient de Rhône-Alpes », souffle Gunilla Ait El Mekki, directrice France de la compagnie, persuadée de pouvoir transporter un minimum de 20 000passagers par an depuis la Capitale des Gaules (Cf. QDT du 01/09/04). Combien seront-ils à céder aux sirènes de Copenhague ? « Les TO, tels NF, Bennett, Scanditours, Voyageurs ou Quartier Libre… ont d’ores et déjà programmé des vols au départ de Lyon et le nombre de sièges tourisme a progressé de dix points entre novembre et décembre ! », se félicite Jean-Philippe Reynaert, directeur commercial France. Sur place, une douzaine de minutes en S-Train suffit à rejoindre le cœur de Copenhague depuis l’aéroport de Kastrup. Première destination : Nyhavn, le quartier le plus pittoresque de la ville. Ses maisons colorées et ses multiples cafés à terrasse s’étirent le long de canaux où autrefois s’amarraient des navires royaux. Andersen avait lui-même cédé à son charme et y résidait. Splendide même en plein hiver… Les plus frileux pourront se réchauffer les doigts sur les brûlots installés par la municipalité ! Non loin de là, place Kogens Nytorv, s’élève le théâtre royal que l’auteur fréquentait deux à trois fois par semaine. Auteur prolixe, Andersen a écrit 156 contes, mais aussi des romans, des pièces de théâtre, des poèmes, des récits de voyage… Ses manuscrits originaux sont conservés dans un étonnant cube de granit noir, fierté architecturale de Copenhague, élevé à deux pas du Parlement. Une pause gourmandise au Soren K, restaurant installé au rez-de-chaussée de cette bibliothèque tentera sans doute les gourmets… Envie de découvrir l’univers plus intime de l’écrivain ? Alors direction le « Magasin du Nord ». C’est en effet au 3e étage de cette Samaritaine danoise qu’a été réaménagée la chambre où il vécut quinze mois. Étonnant mais très instructif ! Enfin, histoire de jouer les vilains petits canards, le touriste prendra soin d’oublier quelque peu ce fil rouge pour découvrir ici le Musée national, véritable tour du monde ethnologique. Puis, plus loin, le féerique Tivoli, l’un des plus anciens parcs d’attractions au monde, ou le tout nouvel opéra, œuvre du Suédois Jorn Utzon – architecte de l’opéra de Sydney – inauguré le 15 janvier par la reine du Danemark… Le week-end risque de passer bien vite !
(*) programme complet des festivités sur www.hca2005.com.
Un véritable boom hôtelier
Ville de congrès, Copenhague dispose d’une large offre d’hébergement avec 132hôtels et 14 319lits. Cette capacité hôtelière a augmenté de 40% depuis 1999 ! La gamme des 5* s’est par exemple enrichie de trois établissements, le Hilton Copenhague Airport (382 chambres) et le Copenhagen Marriot (395 chambres) en 2001, le Skt Petri (270 chambres) à deux pas de l’avenue piétonne Stoget en 2003. Et sur la seule année 2003, trois autres hôtels ont ouvert : le 4* Clarion Hotel Copenhagen (215 chambres), le 3* Square Copenhagen (192 chambres + 7 nouvelles en 2005) et le 2* Zleep Airport Hotel (100 chambres)… Et la liste va encore s’allonger. Le groupe Arp-Hansen Hotel devrait ouvrir le Copenhagen Island Hotel (200 chambres) à proximité du port ; Australian Adina Apart-Hotel prépare 126 appartements 4* à Langelingje Quay pour novembre 2005. Non loin des jardins de Tivoli est également prévu un 4* de 225 chambres pour début 2006… A noter enfin, dans la série 5*, mais façon auberge de jeunesse, l’ouverture en mai 2005 de Danhostel Copenhagen City. Située à quelques minutes de Tivoli, cette auberge de jeunesse sera la plus grande d’Europe avec 700 lits.
BON A SAVOIR
Une offre SAS élargie. Le 16 janvier dernier, soit deux mois et demi après avoir ouvert la ligne quotidienne Lyon-Copenhague, la compagnie scandinave a modifié les horaires de vol du CRJ 200 assurant la liaison. Le départ de Lyon s’effectue désormais plus tôt, à 16h50 au lieu des 19h40 établis précédemment. Horaire d’arrivée à Copenhague : 19h. SAS facilite ainsi les correspondances avec la Lituanie (Vilnius), la Suède (Stockholm, Göteborg), la Norvège (Oslo, Bergen, Stavanger), le Danemark (Aarhus et Aalborg) et la Finlande (Helsinki et Turku).
Art et design. Patrie du célèbre orfèvre et bijoutier Georg Jensen, Copenhague ressemble fort à une caverne d’Ali Baba du design. On pourra bien sûr visiter le musée de celui qui fut le plus grand orfèvre de son temps (dommage que ses vastes ateliers ne soient pas ouverts au grand public !) et le Dansk Design Center. Mais question boutiques, le choix est large entre la Bodum House et ses déclinaisons de cafetières, théières et autres ustensiles de cuisine (www.bodum.com), Kirk Design et ses lampes (www.kirkdesign.dk), les boutiques Illums Bolighus mondialement connues (www.illumsbolighus.com) ou Hay Cph, repère de jeunes talents (www.hay.dk)… Liste complète sur www.visitcopenhagen.dk
Copenhagen Card. Comme bien des cités, Copenhague propose un pass tourisme avec accès gratuit à une soixantaine de musées et attractions et aux transports (bus, train & métro). Deux formules sont possibles : la Copenhagen Card à la journée (27 E par adulte) ou pour trois jours (53,67 E par adulte). Chaque pass adulte donne droit à deux pass gratuits pour les enfants de 0 à 9 ans.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *