Thaïlande: la leçon de cuisine avec la chef étoilée Bee Satongun

Destination

    Dans le cadre de Taste of Paris 2018, la Thaïlande a présenté la richesse de sa gastronomie. Une dizaine de tour-opérateurs ont été invités à un cours de cuisine en présence de la vice-gouverneure de la TAT. La Thaïlande veut accentuer sa communication touristique à travers la cuisine.

     

    Pour la première fois, la Thaïlande était exposante au festival gastronomique Taste of Paris. Sous la nef du Grand Palais, entouré des stands de chefs prestigieux (Anne-Sophie Lepic, Thierry Marx, Kei Kobayashi, Alain Solivérès…), l’OT thaïlandais a proposé des ateliers démonstration-dégustation.

     

    La Tourism Authority of Thailand (TAT) est venue accompagnée de Bee Satongun, jeune chef étoilée au Michelin. La cheffe du Paste Bangkok a dirigé des ateliers (salade som tam, dessert banane…) et un cours de cuisine destiné notamment à des agents de voyages et tour-opérateurs.

     

    Des produits locaux et originaux

    A cette occasion, les professionnels français répartis en binômes ont appris à la fois une recette et appréhendé la « philosophie de la cheffe Bee. Cette dernière, désignée meilleure chef asiatique cette année, travaille avec les meilleurs produits de chaque région thaïlandaise. Pour sa recette de salade de pomelos aux crevettes, elle a ainsi choisi des crustacés de la variété Ossiblue. Chacun s’est donc essayé à transpercer la crevette « dans le sens de la longueur » –mention spéciale au traducteur pour sa bonne humeur, son humour et son grand sourire.

     

    Le reste de la recette consistait en un mélange de divers ingrédients (pâte de crabe pimentée, pâte de sucre de coco…) mais pas dans n’importe quel ordre ou proportions ! Il s’agissait de réussir une sauce, base de cette recette, soulignée par l’oignon (rouge) émincé « très finement » comme le persil plat « encore plus fin » sous l’œil vigilant d’élèves de l’école de Ferrières.

     

    Le plus surprenant dans cette préparation culinaire fut la décoration. Agrémentée des têtes de crevettes et de petites fleurs, elle illustrait bien le principe de la cheffe : « voir tous les ingrédients ».  « En Thaïlande, la bonne digestion commence avec les yeux » a rappelé le traducteur. Avec raison apparemment, On a pu voir les « officiels » , dont  l’ambassadeur de Thaïlande en France et la vice-gouverneure de la TAT déguster eux aussi la préparation de la cheffe.

     

    Un axe marketing renforcé

    La Thaïlande a enregistré de très bons résultats en 2017. Avec près de 35 millions d’arrivées internationales, les revenus touristiques ont atteint 6,5 Md€. « 13% proviennent de la cuisine thaï » indique Srisuda Wanapinyosak, vice-gouverneure de la TAT (Dg de l’OT). Et de rappeler que la Thaïlande est une destination comptant 70% de repeaters. « Avec la promotion des plats et cuisines locaux, nous souhaitons inciter le voyageur à aller voir au-delà des grandes zones touristiques.  «C’est l’occasion d’aller expérimenter différentes régions et endroits » explique-t-elle

     

    « La cuisine est aussi un moyen de véhiculer la culture thaïlandaise. » Les restaurants thaï en France y contribuent. Mais sur place, « c’est le reflet de notre vie et de notre mode de vie », explique la DG. Et de préciser qu’outre le guide Michelin Bangkok créé l’an dernier, va sortir cette année  le Michelin Phuket. « Les Français aiment la nourriture, les Thaïlandais aussi » précise Mme Wanapinyosak. C’est aussi un axe marketing qui permet de travailler le marché,  au-delà de Paris, Lyon ou Nice en France.

     

    Depuis le mois de janvier, la croissance des arrivées touristiques en Thaïlande est de 9%, à 106.000 pax.

    Publié par Myriam Abergel

    Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

    Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
    Réagir à l'article

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *