Touristes israéliens en Tunisie : motions de censure contre la ministre du Tourisme

Destination

Des élus tunisiens ont déposé des motions de censure contre deux ministres, dont celle du Tourisme, en les accusant de "normaliser" les relations avec Israël pour avoir autorisé l'entrée de touristes israéliens en Tunisie, a appris l'AFP. L'affaire agite le milieu politique tunisien depuis quelques semaines et a donné lieu à des débats passionnés dans les médias. Les textes réclamant le retrait de confiance à la ministre du Tourisme Amel Karboul et au ministre délégué à la Sécurité auprès du ministre de l'Intérieur Ridha Sfar ont respectivement réuni 81 et 80 signatures de députés sur 217, a indiqué lundi à l'AFP Karima Souid, assesseur chargée de l'information à l'assemblée nationale constituante (ANC). Une séance plénière à la Constituante doit se tenir d'ici le 9 mai, conformément au règlement intérieur, pour débattre de ces motions. Les élus signataires des textes affirment que Ridha Sfar a récemment décidé de permettre à "un groupe de ressortissants israéliens d'entrer sur le territoire tunisien" et qu'Amel Karboul les a accueillis. Il s'agit d'"une forme de normalisation avec l'entité sioniste", ont-ils dénoncé. Le Premier ministre Mehdi Jomaa a récemment appelé à éviter les controverses sur la normalisation des relations avec Israël à l'approche du pèlerinage juif de la Ghriba, à Djerba (sud), en parlant de "faux débat". "Tous les pèlerins juifs sont les bienvenus à la Ghriba", a-t-il dit dans un entretien à l'AFP.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. “Un faux débat” c’est bien le mot, car il ne s’agit pas d’une affaire politique, on a toujours souhaité la bienvenue à tous les touristes indépendamment de leurs croyances et leurs appartenances ethniques.
    Arrêtons ces actes de défiances à l’encontre de cette ministre qui travaille laborieusement pour garantir des jours meilleurs à notre chère Tunisie.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *