Trenz : un salon du tourisme plein d’énergie en Nouvelle-Zélande

Destination

A peine le salon B2B du tourisme australien ATE s'est-il achevé à Brisbane que débute le Trenz à Auckland, en Nouvelle-Zélande. Dimanche 17 mai, après les premières rencontres entre professionnels autour d'un verre, le maire de la ville, Len Brown, a lancé officiellement l’événement. Pas exclusif, le maire d’Auckland ! Pour cette nouvelle édition du salon professionnel néo-zélandais Trenz, Len Brown a rappelé les fantastiques atouts de sa ville pour le tourisme et aussi, plus généralement, ceux du pays. Volcans, côtes, glaciers… M. Brown a détaillé les différentes richesses naturelles de la Nouvelle-Zélande qui en font une incroyable destination outdoor.

Car les vacances ici sont énergiques ! Comme l’a fait comprendre le président de la communauté Ngati Whatua, Matua Danny qui, sur un ton enthousiaste et convaincu, a souhaité la bienvenue en langue maorie aux professionnels du tourisme venus du monde entier : USA, Brésil, Japon, Corée, Danemark, Italie… à Auckland cette année.

Avec la même fougue, la chanteuse soprano maorie Timmua Brennan a ensuite entonné l’hymne rugbystique World in Union avant que l’acteur néo-zélandais Temuera Morrison (Jango Fett dans Star Wars, l'Attaque des clones) joue les maîtres de cérémonie. Non sans humour, il a salué les principaux marchés de la Nouvelle-Zélande, à savoir (dans l’ordre décroissant des recettes touristiques générées) la Chine, le Royaume-Uni, les USA, le Japon, l’Allemagne, et, loin devant les autres, le pays frère, l’Australie.

Par un joli procédé de "dessin" à l'aide de sable balayé et finement amassé sur un projecteur, son complice, Marcus Winter, faisait deviner à l’assemblée les pays concernés. Chacun a pu reconnaître au fur et à mesure des ‘tracés’ la Grande Muraille, la porte de Brandebourg ou le mont Fuji mais aussi Big Ben, la baie de Sydney et la statue de la Liberté.

Enfin, c’est par un groupe de danses et de chants folkloriques maori que s’est achevée la partie artistique de la soirée. Avec, en point d’orgue, un superbe numéro de haka, cette danse guerrière que les amateurs de rugby connaissent bien à travers l’équipe des All Blacks. 

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *