Tunisie : Les violences gagnent Hammamet, le président lâche du lest

Destination

Tunisie a connu de nouveaux affrontements violents ce jeudi. Les violences gagnent désormais les secteurs touristiques prisés par les touristes occidentaux.La station balnéaire de Hammamet était livrée aux pilleurs jeudi en fin d'après-midi, selon des journalistes de l'AFP arrivés dans cette cité située à 60 km au sud de Tunis. Un poste de police, une permanence du parti au pouvoir ont été détruits ainsi que des résidences cossues, dont l'une appartiendrait, selon des habitants, à un proche du chef de l'Etat. Dans la rue, les passant ont érigé de nombreux barrages alors que d'autres pillaient des magasins emportant tout ce qui leur tombait sous la main.  Jeudi soir, le président tunisien Ben Ali annonçait ne pas avoir l'intention de briguer un nouveau mandat, demandait de cesser les tirs contre les manifestants et promettait la liberté "totale" pour l'information et l'internet.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Quand vous dites : la station balnéaire de Hammamet- précisez : les magasins et bâtiments publics du centre ville , non les hotels

    idem pour toutes les régions touristiques du pays- aucun hôtel ni touriste n’a été visé- n’aggravez pas la situation

    béatrice – agence de réceptif en Tunisie

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *