USA : le décret Trump menace-t-il le tourisme ?

C’est en tout cas la crainte du WTTC (Conseil mondial du voyage et du tourisme*). Mardi 14 février, David Scowsill, son président, s’est inquiété de la voie sur laquelle seraient en train de s’engager les USA. Lors d’un discours à Las Vegas, dans le cadre du salon de l’aéronautique Routes Americas, il a notamment rappelé les 10 ans de pertes pour le tourisme américain dus aux mesures post 11-Septembre. Et s’est interrogé sur la direction que veut donner l’administration Trump vis-à-vis d’un secteur, le tourisme, qui génère « 8% du PIB et 10% des emplois aux Etats-Unis ».

 

« Une politique de visa stricte et un repli sur soi ont conduit à 600 milliards de dollars de pertes pour le secteur du tourisme dans les dix ans après le 11-Septembre, ainsi que l’a rapporté l’US Travel Association, avec une chute de 9% des arrivées internationales entre 2001 et 2009″ a rappelé David Scowsill.

 

« Compagnies aériennes, hôtel et agences de voyages font tous état de baisses des réservations internationales à la suite du décret d’interdiction d’entrée de voyageurs en provenance de 7 pays » affirme le WTTC dans un communiqué. « Conséquence inattendue de l’annonce de cette interdiction, des voyageurs loisirs et affaires du monde entier gèlent leurs projets de voyages. »

 

Pour David Scowsill, l’Administration US devrait garder en tête 5 points:

  • reconnaître le tourisme comme une source clé d’emplois et de croissance économique,
  • maintenir le tourisme hors de la politique: une interdiction de voyager de citoyens issus de certains pays ne protégera pas plus le peuple américain,
  • se souvenir de la décennie de perte économique: les voyageurs ont le choix et iront ailleurs,
  • utiliser la technologie pour partager l’information: cela permettra d’assurer l’arrivée des bonnes personnes aux frontières,
  • consulter les acteurs de l’industrie avant de décider un changement: cela facilitera la mise en place de politiques plus justes et moins pénalisantes.

 

« Alors que le président américain a promis de créer des emplois et de rendre à l’Amérique sa grandeur, le voyage et le tourisme sont des réponses évidentes, a ajouté David Scowsill. Le gagne-pain de millions d’Américains dépend de la capacité de touristes à prendre l’avion, le train ou la voiture pour dépenser leurs dollars. »

 

15 jours autour d’un décret

Le 27 janvier, le président des USA, Donald Trump, signait un décret « anti-terroriste » interdisant l’accès au territoire américain pendant 90 jours aux ressortissants de 7 pays : Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen. Le 3 février, le juge fédéral James Robart, de l’État de Washington, a suspendu l’application de ce décret. Le 9 février, la cour d’appel fédérale de San Francisco a maintenu la suspension du décret en arguant du fait que « le gouvernement n’a pas fait la preuve qu’un étranger d’un des pays visés ait perpétré un attentat aux USA ». Le lendemain, le président américain indiquait à des journalistes qu’il pensait « entre autres options présenter un nouveau décret ».

 

*Le WTTC regroupe des dirigeants d’entreprises majeures, publiques et privées, du tourisme et du voyage à travers le monde. Créé en 1990, ce forum publie des études sur l’impact économique et social du tourisme, avec le département d’économie de l’Université d’Oxford. Il réunit 1.000 participants à son sommet annuel.  

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *