Violence au Sri Lanka : le Quai d’Orsay et le Ceto vont-ils relever leur vigilance ?

Le Sri Lanka n’en finit plus avec la violence. Au moins 13 personnes ont été tuées et 20 autres blessées en début de semaine par deux attentats, tandis que trois attentats au cours du week-end avaient déjà fait 34 morts et quelque 200 blessés.Dans le nord du pays, contrôlé par les rebelles, les accrochages militaires se multiplient depuis plusieurs semaines, les belligérants illustrant ainsi la fin du cessez-le-feu intervenu le 16 janvier, signé le 23 février 2002 et célébrant bien tristement le quarantenaire de l’indépendance du pays. Ces derniers événements vont peut-être pousser le ministère des Affaires étrangères et le Ceto à revoir leur position sur ce pays dès aujourd’hui. Hier, le Quai d’Orsay déconseillait toujours aux visiteurs les zones de conflit, principalement au nord et à l’est du pays, mais pas le reste du territoire. Les TO, qui suivent toujours les prescriptions du Ceto, qui lui-même s’inspire des conseils aux voyageurs du Quai d’Orsay, n’ont donc pas fermé la destination, se contentant de modifier certains programmes. Pourtant, certains des rares clients du Sri Lanka commencent dans certains points de vente à faire marche arrière. Chez Kuoni, on accepte ainsi des reports ou des changements de destination aux clients qui ont déjà réservés et dont les départs sont prévus d’ici le 22 février. "Cette mesure exceptionnelle concerne une centaine de clients, mais nous ne voulons pas fermer le pays, car cette mesure condamnerait le Sri Lanka pour une année", explique Nicolas Delord, directeur du tour-opérating. La prochaine mise à jour du site du quai d’Orsay – la dernière remonte au 15 janvier – pourrait peut-être modifier la donne. Un fonctionnaire du ministère confiait que le relèvement de la vigilance "n’était pas à exclure dans les prochaines heures." De son côté, le Ceto devrait plancher dès ce matin, en réunion plénière, sur le même sujet.

Vos réactions (4)

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *