Yariv Abehsera (Travelski) : « lancer un vrai plan Ski pour l’accessibilité aux stations »

Destination

Yariv Abehsera, président-fondateur de Travelski, lance un cri d’alarme en cette veille de grand chassé-croisé vers les stations de ski. Sa bataille pour rendre le ski accessible est mise à mal par les difficultés récurrentes d’accès aux stations.  Si la France veut reconquérir sa première place mondiale, il faut agir !

Un vrai retour de confiance des Français

Depuis le début de l’hiver, les signaux sont au vert. La neige est là. Et sur les trois premiers mois de la saison, le numéro 1 du ski tout compris enregistre + 25 % de CA par rapport aux trois derniers hivers. « Cette tendance est le fruit d’un accroissement des réservations pour les vacances à la montagne depuis septembre 2017. Nous constatons un véritable retour de la confiance des Français et un optimisme qui pousse à retourner à la montagne» se félicite Yariv Abehsera. Il considère même que «cette saison marque une vraie accentuation de la consommation des séjours à la montagne. Avec une explosion des résas sur mobile que je n’imaginais pas aussi rapide ». Il y voit le résultat des efforts engagés par ses équipes pour simplifier l’accès au ski et en réduire le coût. Le prix moyen d’un dossier ski (hébergement + forfait) pour quatre personnes est d’aujourd’hui 1 500 € chez Travelski. «Ce ne sont pas des vacances lowcost, mais nous négocions sur de gros volumes pour proposer des économies de 10 à 15 % » explique le président-fondateur.

Ça coince sur les routes !

 

Pour autant Yariv Abehsera reste inquiet. «On pourrait se réjouir en observant notre croissance. Mais l’expérience d’un vacancier est globale. Elle commence sur notre site jusqu’au retour chez lui. Cela inclut donc une expérience client qui peut être très destructrice : son accès à la station.»

 

Ça coince en effet trop sur les routes ! Avec 92 % de clients Travelski qui partent à la montagne en voiture, Yariv Abehsera peut en effet s’inquiéter des effets des bouchons à répétition et des conditions de circulation exécrables qui se répètent ces derniers hivers, notamment sur la Tarentaise. L’an dernier, ses équipes avaient d’ailleurs sondé leurs clients pour mieux identifier les motifs de renonciation d’un séjour à la montagne. Si contre toute attente le manque de neige (réel l’an dernier) n’arrivait qu’en 3e position, les difficultés d’accès aux stations constituaient le deuxième facteur de renoncement après le frein financier (« on n’y va pas tous les ans »). «La France dispose d’un exceptionnel terrain de jeu pour les vacances à la montagne mais la gestion du dernier kilomètre ne répond pas aux exigences de la clientèle aujourd’hui» s’offusque le patron de Travelski (CA 2017 : 29 M€, 85 000 clients l’an dernier, 130 stations commercialisées).

Lancer un plan Ski collectif

Pour lui, pas de doute, le maillage routier et ferroviaire n’assure pas la qualité de services attendus par les clients ! Le TO a déjà tenté d’avancer des solutions. Depuis trois ans, il propose par exemple des séjours dimanche/dimanche. «Mais nous restons à 90 % à du samedi/samedi du fait de l’offre de l’hébergement» indique le voyagiste. Cela ne suffit donc pas. Il espère désormais un vrai un plan Ski pour l’accessibilité aux stations. «Faire une autoroute à trois voies pour rejoindre les Menuires ou Val d’Isère ne suffira pas si dès qu’il y a trois centimètres de neige, cela reste la pagaille. Il faut anticiper ces difficultés, plus utiliser le web pour informer et inviter à faire des pauses pour désengorger des axes, pousser les automobilistes à acheter des chaînes…» conclut le patron, prêt à apporter sa connaissance clients et son DATA. S’unir pour que ça roule mieux donc…

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.