Agression au couteau : l’agv a eu le bon réflexe

Distribution

A Boulogne-sur-Mer, un individu a poignardé une vendeuse de l’agence de voyages Côté Soleil. La stagiaire lui a porté secours ainsi que des passants. Isabelle Mislanghe, gérante de l’agence, veut mettre en place des moyens humains et sécuritaires.

 

Elles sont trois femmes à travailler à l’agence Côté Soleil de Boulogne-sur-Mer. Le 10 avril, à 14h, « Elodie s’occupait des dossiers en cours et Marion, la jeune stagiaire, sortait les brochures reçues le matin » nous raconte Isabelle Mislanghe, gérante de l’agence. « Un type est entré et a plongé sur la vendeuse un cran d’arrêt à la main. Heureusement, elle a eu le réflexe de se protéger avec ses mains » explique la responsable. Ensuite, c’est la jeune stagiaire qui a eu un geste « incroyable ».

 

« Elle a bloqué le gars par derrière. Mais il lui a échappé et poignardé à nouveau Elodie tombée à terre. Elle a réussi à l’attraper par la capuche, il s’est encore attaqué à Elodie et la stagiaire l’a saisi par les chevilles pour le tirer. Et puis deux passants alertés par les cris sont entrés et les ont aidées. Et la police est arrivée » raconte la responsable.

 

Agence de voyages, un commerce à risque ?

Arrivée à ce moment-là, Isabelle Mislanghe n’en revient toujours pas. La police, l’ambulance, sa collaboratrice depuis plus de dix ans, agressée, l’agence en vrac… « Elodie a été emmenée à l’hôpital et recousue à la cuisse. » Depuis, choquée, elle n’est pas encore revenue à l’agence. « On n’imagine pas à quel point on est exposé et  les risques qu’on peut avoir avec un commerce de rue ! » s’indigne la chef d’agence qui a longtemps travaillé en étage.

 

L’agresseur est un gars connu dans le quartier qui traîne et vient souvent chez les commerçants faire du raffut. « Un gars qui traverse la rue sans regarder, vient râler ou casser mais de là à sortir une arme… »  Il y a huit mois, pourtant, il s’en était déjà pris à la responsable de l’agence qu’il avait attaquée avec un stylo.

 

 « Je fais du karaté, j’ai réussi à le contrer et le mettre dehors » explique Isabelle qui va passer sa ceinture noire. Elle a d’ailleurs proposé à Elodie et son autre vendeuse –en congé maternité, cette dernière a accouché le jour de l’agression- de se mettre elles aussi au karaté.  « Elles sont d’accord » assure-t-elle. « On ira ensemble, c’est juste à côté de l’agence. »

 

Trouver des mesures de sécurité supplémentaires

Isabelle Mislanghe est une battante. Ancienne du Raid Gauloises, elle a été habituée à évoluer dans des conditions difficiles. C’est cette énergie qu’elle veut insuffler à sa collaboratrice. « Il faut  qu’elle revienne travailler, qu’elle retrouve sa vie, qu’elle se réapproprie l’agence. Il ne faut pas que l’agresseur ait gagné. »

 

En plus du suivi psychologique et du karaté, la directrice de l’agence Côté Soleil (Cediv) va repenser  l’aménagement des locaux. « Je fais appel à des spécialistes pour que les bureaux permettent à la fois d’être protégé et de s’échapper » explique-t-elle.  « Je dois protéger mon équipe ! » En attendant les travaux, l’agence fonctionne mais fermée à clé.

 

« Heureusement qu’on arrive sur une période un peu plus calme en termes de business, après six mois d’activité intense » note la responsable qui se retrouve seule avec la stagiaire. La jeune femme « exceptionnelle » qui vient d’une licence de langues, voulait faire du tourisme. « Je l’ai prise en stage avec une école, elle s’y est mise très vite. Elle apprend le métier à la vitesse grand V. »

 

La date du procès n’est pas encore fixée.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *