Bras de fer avec ses franchisés : TUI s’explique

Distribution

Suite aux déclarations mardi dans nos colonnes de Christian Rochette, président de l'association des locataires-gérants et mandataires de Nouvelles Frontières (lire), TUI France tient à apporter ses précisions.Des "divergences existent", explique en préambule Pierre-Olivier Grolleau, directeur du réseau des agences de voyages de TUI France, "mais nous avons de bonnes relations avec le bureau de l'association des franchisés". Et ce nouveau contrat proposé aux 140 agences franchisées nécessite d'être "mis en perspective". Pierre-Olivier Grolleau en défend les avantages. Le premier est une commission de base qui passe de 10 à 12% sur la production NF, Marmara et Passion des Iles, avec, en plus, une surcommission de 2% en fonction des ventes. Le second est l'accès à la centrale de Tourcom, notamment pour bénéficier des réceptifs. Enfin, le troisième est la commission de 4% pour tout achat sur Internet effectué par l'un des clients de l'agence. Pour Pierre-Olivier Grolleau, ce "contrat est équilibré". Il a déjà été signé par 25 franchisés et TUI pense atteindre les 70 signatures d'ici fin septembre. Alors sur quoi porte la grogne ? Pour Pierre-Olivier Grolleau, ils reprochent au nouveau contrat un cadre juridique plus strict qui leur impose de vendre "au minimum 50% de la production de TUI". Autre point d'achoppement : "la commission Internet de 4% qui remplace une prime annuelle – dite de représentativité – d'un montant de 3.150 euros". Quant à la trésorerie qui n'est plus versée à la réservation, TUI affirme "vouloir s'aligner sur la pratique des autres réseaux de distribution". Mais Pierre-Olivier Grolleau est formel : "sur ce point, nous sommes ouverts à la discussion, qui doit se faire au cas par cas". Il explique enfin qu'il n'y a "aucune obligation pour les franchisés de passer à ce nouveau contrat" mais il affirme que celui-ci doit permettre aux agences une véritable "montée en puissance". Il conclut : "Malheureusement, les franchisés ne peuvent pas bénéficier des avantages des anciens contrats et de ceux du nouveau".

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Cher Pierre-Olivier,
    Vous ne répondez pas ici aux questions de fond posées dans le SOS au Président de TUI France.
    Vous semblez persister dans votre tentative d’imposer un nouveau contrat très déséquilibré et dans le non respect des contrats en cours.
    Pourquoi des inexactitudes dans vos propos ? Exemple : Marmara et Passion de Iles sont déjà commissionnés à 12%. Ou encore:nous ne discutons pas l’obligation de vente de 50% de produits TUI.
    Quant « au cas par cas » il serait temps de cesser cette gestion des contrats à la tête du client.
    Nous attendons toujours une véritable concertation.
    Cordialement
    Christian Rochette, pour MLG

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *