Captation de client : Club Med Affaires plaide la « maladresse »

Distribution

Bruno Desnoulez de l’agence Noetour affrète en 2002 et 2003 le Club Med 2 pour le compte de son client Rothschild & Cie Gestion. En 2004, la société choisit de traiter directement avec le Club Med Affaires. « J’étais attristé par la décision de mon client mais respectais son choix », indique Bruno Desnoulez. « Ce qui m’a choqué, ajoute-t-il, c’est que M. Hernandez du Club Med Affaires a consenti deux ristournes successives à Monsieur Chevrier de Rothschild & Cie Gestion. » Il précise : « Comme par hasard, la somme cumulée faisait 8 %, soit la commission correspondant à celle de l’agence. » Éric Georges, directeur du Club Med Affaires, reconnaît son erreur : « Il y a eu, c’est vrai, une maladresse commerciale au départ. Nous nous en sommes excusés. Nous avons même proposé des solutions à M. Desnoulez. » Pourtant, ce dernier ne décolère pas. Il considère que « si l’on peut perdre naturellement un des comptes chez un client, on ne peut tolérer que le fournisseur le reprenne en direct sans nous en informer, et lui accorde votre commission d’agence en ristourne ». Éric Georges, qui a dépensé beaucoup d’énergie dans cette affaire, rappelle que « le Club Méditerranée a largement ouvert son offre à la distribution et ne souhaite en aucun cas interférer dans le rôle des agences ».

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *