Comment Agena Voyages fait « face à Internet »

Distribution

Entre Bordeaux et Toulouse, l’agence Agena Voyages organise le 15 octobre une Journée du voyage à Agen. Carole Lacapère, sa directrice, nous en parle.
QDT : C’est la 6e édition de votre Journée du Voyage, quels sont vos objectifs et le budget d’une telle opération ? 
Carole Lacapère : Suite à une réflexion que je menais déjà il y a 10 ans, cette opération est conçue pour rappeler aux gens que, face à Internet, les agences de proximité comme la nôtre peuvent répondre présent grâce aux prestataires qui sont derrière nous et grâce à qui nous pouvons construire nos produits. Pour ce qui est du budget, on approche les 20 000 euros : outre les frais logistiques comme la location au Palais des Congrès d’Agen, c’est la communication qui représente le plus gros poste à près de 70% avec de la publicité dans la presse locale, des envois de SMS, d’emails, une page Facebook …

Quelles sont les difficultés d’une telle organisation ? 
 Au tout début, la difficulté a été de convaincre les TO de nous accompagner ! Ils ont joué le jeu et ils reviennent maintenant régulièrement. Autour d’Aéroport Toulouse Blagnac et de l’Aéroport d’Agen, nous avons cette année 32 exposants : des compagnies, des TO, des hôtels ainsi que l’assureur Assurinco. L’autre enjeu est de faire venir la clientèle : en 2014, nous avions enregistré 800 entrées ciblées alors que l’an dernier, le jour même des attentats de Paris, nous en avions compté 350.
 
Quels sont les retours que vous en attendez, est-ce encore une formule adaptée ? 
Depuis deux ans maintenant, nous faisons signer les contrats sur le salon. Ensuite les commerciaux présents nous donnent leurs contacts et il y a un gros travail de relance : honnêtement, nous avons des retombées quasiment toute l’année et on peut signer 6 à 8 mois après. C’est très porteur mais, en outre, cela nous permet de voir les tendances qui se dégagent. Le client est forcément allé auparavant sur internet et, s’il fait la démarche de venir nous voir, c’est à nous professionnels de cerner sa demande et d’y répondre avec notre qualité de conseil ! En plus du retour sur investissement, il y a un gain en notoriété appréciable mais pas que pour nous : la profession dans son ensemble en profite.
 
 
 
 

Publié par Jean-Pierre Marinot
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *