Décidément, Thomas Cook tient à exister sur le marché français

Distribution

Cela devient récurrent. Wolfgang Beser, patron de Thomas Cook, a réaffirmé que son groupe n’avait « pas l’intention de céder sa filiale française ». Ce que nous avait déjà dit Wim Desmet (Cf. QDT n° 2559 du 3 juin) alors président « intérimaire » du directoire de Thomas Cook France. « Nous ne sommes pas à vendre. Nous venons d’ailleurs d’investir pour connecter les systèmes informatiques de la France vers le siège à Francfort. A quoi cela servirait-il si nous cherchions à vendre ? » Les faits semblent lui donner raison : il suffit d’écouter les spots publicitaires qui passent actuellement à la radio pour accompagner la campagne « Les incroyables » pour se convaincre que Thomas Cook n’abandonne pas le marché français. Et surtout pas le Club Med, cité plusieurs fois dans la pub. Rappelons que jusqu’à la mi-juillet, les clients peuvent bénéficier de promotions sur une sélection de TO partenaires du réseau (Asia, Austro Pauli, Avis, Costa, Donatello, Héliades, Jet tours, Look, Kuoni… sans oublier Thomas Cook et Neckermann). Thomas Cook avait lancé à l’époque cette opération parce que « 68 % des Français n’ont pas encore réservé leurs vacances six semaines avant le départ ». Avec « Les Incroyables », Thomas Cook veut susciter des envies de départ en proposant des prix attractifs (avec du stock, du choix…) aux indécis.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *