Des clients forment un collectif contre une agence de voyages

Distribution

Placée en liquidation judiciaire, une agence de voyages de Laon aurait continué à prendre des réservations de voyage et a encaissé les chèques sans régler les tour-opérateurs. Dans l’impossibilité de partir, des dizaines de clients veulent porter plainte collectivement « pour abus de confiance et escroquerie » a révélé L’Union.

 

Le tribunal de commerce de commerce de Saint-Quentin a prononcé le 9 novembre dernier la liquidation judiciaire de l’agence de voyages Services Voyages. Cette décision a été confirmée le 20 juin dernier par la cour d’appel d’Amiens. Mais l’agence a continué à vendre des voyages entre ces deux dates. Les clients qui ont acheté des séjours qui n’ont pas été honorés, entendent monter un collectif et saisir le procureur de la république pour déclencher une enquête en espérant des suites judiciaires.

L’Union rapporte le témoignage d’un couple qui avait réservé en janvier un voyage en Norvège qui devait avoir lieu cet été. Il avait même payé le solde (5960 €) le 5 juin dernier à l’agence. Le mari ne comprend pas : « J’ai appris que l’agence Services Voyages avait été placée en liquidation judiciaire le 9 novembre dernier. Pourquoi a-t-elle pu continuer à exercer et surtout continuer à encaisser des chèques ?  ». C’est bien le souci. La gérante n’a pas pu payer les tour-opérateurs.

Les témoignages se multiplient : « Nous devons partir le 31 juillet aux Baléares » explique cet autre client lésé. « Heureusement, nous n’avions versé que 25 % de la somme, soit 1 650€. Notre tour-opérateur a maintenu nos réservations. Au final, cela nous reviendra plus cher que ce qui était prévu, mais nous pourrons quand même partir en vacances ».

Interrogée, la fille de la gérante explique que « sa mère est dévastée par toute cette histoire ». Elle poursuit. « Nous pensions que nous réussirions à relever l’entreprise. Nous étions bien partis, nous avions de plus en plus de clients. L’annonce de cette fermeture nous a anéantis ». « Je comprends la colère des clients, ils perdent de l’argent et un voyage mais nous, nous perdons notre travail. Ma mère a consacré plus de 20 ans de sa vie à cette entreprise »…

Mais pourquoi avoir continué à vendre ? « Nous avons l’habitude de les (les fournisseurs) payer un mois avant le départ », répond la jeune fille. Elle ajoute : « Le liquidateur nous a conseillé de ne rien dire et de nous faire discrètes mais tout le monde nous traite d’escrocs sur les réseaux sociaux. C’est insupportable. Ceux qui nous connaissent savent que ce n’est pas vrai. Lorsque le local sera vendu, nous rembourserons nos clients ».

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *