Dix agents de voyages à la découverte de la Norvège avec Vacances Transat : Prise de température à Oslo

Distribution

Vacances Transat, en partenariat avec SAS, fait découvrir cette semaine à une dizaine d'agents de voyages la Norvège. Première étape ? Oslo, bien sûr, où toute la troupe est arrivée lundi en début d'après midi.Cette première prise de contact avec la capitale norvégienne se fait sous un ciel gris et plombé de nuages menaçants, auxquels on ajoutera pour parfaire ce tableau printanier, un petit vent glaçant. Pas de quoi entamer le moral des filles (il y a aussi des garçons, mais vu la surreprésentation de la gente féminine, nous avons décidé d'adopter le "elles" pour ce récit), qui s'élancent joyeusement et néanmoins à pieds, à la découverte d'Oslo. Première impression, la ville dégage un sentiment de calme et de tranquillité impressionnant. Ici pas de foule grouillante sur les trottoirs, pas de malades du klaxon, mais du vert, beaucoup de vert, de l'eau évidemment puisque nous sommes au bord d'un fjord. Si on ajoute à cela une architecture, qui bien que hétéroclite, est elle aussi étrangement apaisante et une sur représentation des véhicules électriques, le résultat est saisissant. Le premier stop de la balade sera l'Hôtel de Ville, gigantesque bâtiment de briques rouges datant des années 50 auquel deux immense tours donnent un air de château fort tout droit échappé d'un Game of Thrones post soviétique. Une des particularités du lieu, hormis son carillon à 49 cloches qui fredonne toutes les heures une mélopée différente, c'est qu'il abrite la grande salle où tout les 10 décembre est remis le prix Nobel de la Paix. Après une étape photo réconfortante d'un point de vue température, nous voilà en marche vers la plus ancienne partie du centre d'Oslo, à savoir la forteresse Akershus, dont l'austérité toute médiévale se marie très bien avec le temps qu'il fait. En route ensuite vers le nouveau et très chic quartier de Aker Brygge, au bout duquel on trouve au milieu d'un ensemble architectural ultra moderne le musée d'art moderne Astrup Fearnley. A ce stade et après deux bonnes heures de marche, j'avais froid aux os. Et je n'étais pas le seul. C'est donc avec un réel bonheur que le dîner est arrivé. Au menu ? Du saumon évidement ! Et du bon. Après tout ça, personnellement, j'ai éteint la lumière. Les autres je ne sais pas, mais j'ai entendu parlé d'une histoire de bar de glace sur laquelle je n'ai pas enquêté plus avant. Mardi matin, après un solide petit déjeuner à base de saumon agrémenté de hareng, en route pour le Oslo des musées. Avec d'abord une visite, un peu humide du point de vue de la météo mais on commence à s'habituer, du très émouvant parc Vigeland, histoire d'admirer les incroyables œuvres du sculpteur norvégien. Retour au sec pour la fin de la matinée avec paradoxalement les visites de musées consacrés à des hommes qui ne craignaient ni le froid, ni la pluie, ni rien du tout en fait, puisqu'il s'agit des Vikings et des explorateurs polaires. Le musée des bateaux vikings et le musée Fram (pour "en avant", du nom du célèbre navire d'exploration), tout deux situés sur la presqu'île de Bygdoy, sont deux incontournables de la capitale. Voilà pour Oslo. Après un saumon avalé sur le pouce pour être à l'heure pour la relève de la garde, il est l'heure de quitter la civilisation et de mettre le cap au nord ouest, vers Geilo, en passant par Gol et Torpo. Quatre heures de routes en perspective. Mais nul doute que les paysages et la passion de Sandrine, notre guide, véritable Wikipedia scandinave à elle toute seule, empêcheront les amateurs de sieste de fermer l'œil complètement. Ou en tout cas de rater quoi que ce soit.

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *