Eductour MBH/ Air Mauritius : de Port-Louis à la Demeure Saint-Antoine

Distribution

Aujourd’hui au programme de nos douze agents de voyages à l’île Maurice, visite de la capitale, Port-Louis, et présentation d’un autre membre du label MBH, la Demeure Saint-Antoine. Avec un zeste de spiritualité et en bouquet final la soirée "sega".Remis de notre belle soirée indienne de la veille, nous voilà fin prêts ce matin pour l’excursion à Saint-Louis. Sur le trajet, le guide du réceptif Solis nous raconte l’île Maurice, son histoire et son économie. Le ton est sérieux, nous écoutons donc tous bien sagement.
 
Au premier arrêt, au centre commercial Bagatelle, le groupe s’égaille pour une séance express de shopping. Pashminas, vêtements de marque (avec détaxe !), bouteilles de rhum, chacun fait ses emplettes. Mais chut, restons discrets.
À la pointe de la technologie, Alberto, lui, mène son enquête sur les prix et modèles de mobiles disponibles à Maurice.
 
Visite express de Port-Louis
Le minibus nous conduit ensuite à Port-Louis. Nous aurons une visite express là aussi de la capitale mauricienne. Un quart d’heure à la Citadelle, ancien fort français, qui sera l’occasion d’une mémorable séance photo orchestrée par Jason : le chargé des relations publiques de La Palmeraie n’a pas usurpé sa  fonction. Son humour et sa gentillesse répandent la bonne humeur.
 
Nous repartons pour moins d’une heure au marché de Port-Louis. Nourriture, artisanat, vêtements, les étals sont colorés. Toutefois l’insistance des marchands et leurs prix aléatoires rendent l’expérience moins plaisante. 
 
Déjeuner "familial"
On saute quasi littéralement dans le minibus direction Poudre d’Or –magie des toponymes à Maurice– et Goodlands où nous sommes attendus à la Demeure Saint-Antoine par Pascale Paillusseau, la directrice, et son équipe. Cette maison à varangue, datant du 18e siècle et où la famille habitait encore jusqu’en 2010, est aujourd’hui une très belle maison d’hôtes de quatre chambres avec mobilier d’époque.
 
Sous un frangipanier en fleurs, nous partageons un ti’punch avec délectation avant de déjeuner sur la véranda. Verres en cristal, porcelaine fine et argenterie, tout est parfait. On se croirait presque à une réunion de famille chez des cousins mauriciens.
 
Une demi-heure plus tard, changement de décor. Comme posé sur un lac, un temple blanc surligné de fins traits rouges se dresse. Nous nous déchaussons, Jason fait vibrer la cloche suspendue non loin d’un cobra de stuc. L’instant est magique. Shiva et sa femme Parvati semblent veiller sur nous. Mais il faut déjà rentrer.
 
Immersion à Flacq et soirée sega
Pendant que les autres se détendent à l’hôtel, Valérie, Isabelle, Apolline et Lorie prolongent l’expérience mauricienne dans les rues de Flacq guidées par Jason. Menus achats à la Caverne d’Ali Baba (authentique !) et balade rapide dans la ville. À la sortie d’une église, on aperçoit un beau mariage d’Afro-Mauriciens ; dans la rue  centrale les commerces affichent "Divali Sale" (la fête hindoue se tient dans deux jours) tandis que des femmes en churidar (costume des Indiennes musulmanes) pressent le pas.
 
Nous aussi, car ce soir encore, il y aura danse, musique et costumes. Les filles enfilent les robes de danseuses de sega, les garçons, des chemises à fleurs et un chapeau de paille. Et c’est parti pour une nouvelle soirée extraordinaire avec dîner sur la plage…

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *