ENTRETIEN – Lionel Rabiet, président des EdV Ile-de-France : « Rejoignez les Entreprises du Voyage ! »

Distribution

Directeur de Croisières d’exception, Lionel Rabiet est aussi le président des Entreprises du Voyage Ile-de-France. Multipliant les évènements comme les Rendez-vous Emploi, Juridique et Numérique au sein du syndicat, il s’efforce d’attirer de nouveaux adhérents en veillant à un équilibre entre les différentes générations.

Propos recueillis par David Savary et Laurent Guéna

 

 

Deux ans et demi après votre arrivée à la tête des Entreprises du Voyage Ile-de-France, quel premier bilan pouvez-vous tirer ?

Ma première satisfaction, c’est de constater qu’il y a de plus en plus d’agents de voyages qui participent aux évènements que nous organisons.

Si je prends l’exemple des conventions, en Ouzbékistan en 2018 puis en Laponie suédoise en 2019, nous avons accueilli dans les deux cas entre 100 et 120 agents de voyages et partenaires ! C’est un signe de grand dynamisme d’autant que parmi tous ces participants, une grande part assistait pour la première fois à une convention des Entreprises du Voyage. Nous avons un vrai mix d’âge, d’expériences, de nature d’entreprises entre startup et agences traditionnelles. C’est ce mélange, cette diversité qui créent de la valeur pour tous les participants. J’en suis ravi.

Au-delà des conventions, nous avons aussi mis en place de nouveaux rendez-vous pour aider nos entreprises sur les sujets qui les concernent. Nous avons ainsi créé l’an dernier les « Rendez-vous juridiques des Entreprises du Voyage Ile-de- France ». Durant toute une fin d’après-midi des spécialistes du droit (avocats, juristes…) offrent à nos adhérents des consultations gratuites de 15 à 20 minutes sur tous les sujets du droit (contrat de vente, droit social, TVA…). Le prochain « Rendez-vous juridique EDV Ile-de-France » aura lieu le mardi 22 octobre au 15 avenue Carnot.

Sur un autre plan, j’ai souhaité depuis mon arrivée renforcer le lien avec les partenaires et sponsors des Entreprises du Voyage Ile-de- France. Par le contenu et les moyens financiers qu’ils nous apportent, ils sont essentiels à notre fonctionnement. Sans leur aide, nous ne pourrions pas proposer nos conventions à des prix abordables. J’ai donc souhaité leur apporter plus de valeurs en augmentant les occasions de contact avec nos adhérents et en les rendant plus visibles pendant nos évènements. Sur notre dernière convention en Laponie, nous avons eu la présence de 16 partenaires dont 8 qui venaient pour la première fois. Ils étaient tous satisfaits de leur « retour sur investissement » et reviendront l’année prochaine. C’est une réussite.

 

 

Combien de membres sont affiliés aux Entreprises du Voyage Ile-de-France ?

Nous avons 1 029 adhérents au 1er août 2019 dont 634 sièges et 395 succursales. Parmi les nouveaux, beaucoup viennent de l’APST avec qui nous avons un partenariat privilégié. Notre secrétaire générale, Valérie Boned, a lancé plusieurs initiatives cette année, dont une matinée dédiée au 15 avenue Carnot, pour fidéliser ces nouveaux venus sur la durée.

 

 

Parmi les nouveaux adhérents, il y a beaucoup de jeunes ?

Oui, mais notre ambition est de faire venir toutes les générations. Une association dynamique est une association qui s’adresse à toutes les générations. Si demain on attire les jeunes mais plus les plus anciens, nous aurons perdu. Un entrepreneur de 60 ans éprouve aussi des besoins. A nous d’être capables d’apporter à chacun ce qu’il attend. Et plus que jamais, je crois au mélange des générations.

 

 

Pour cette rentrée, vous mettez en place de nouveaux évènements ?

Oui sur le modèle des « Rendez-vous juridiques », nous créons les « Rendez-vous de l’emploi ». Cet évènement se déroulera le lundi 16 septembre au siège des EDV au 15 avenue Carnot à Paris dès 9 h 30. L’emploi fait partie des attentes de nos adhérents agents de voyages. Les « Rendez-vous emploi » s’adressent aux entreprises qui cherchent à recruter, aux personnes en recherche d’emploi, mais aussi à celles et ceux qui ont déjà un poste et qui veulent progresser dans leur carrière. Autrement dit, cela concerne tout le monde.

 

 

Comment va s’articuler cette journée ?

La matinée démarrera avec une conférence sur le networking qui sera assurée par Hervé Bommelaer, auteur notamment du livre « Trouver le bon job grâce au réseau » (édition Eyrolles). Le networking (le réseautage en bon français), tout le monde pense que ça se fait naturellement. En réalité, il existe des techniques, des postures, des façons de faire qu’il faut maitriser pour réussir « son » neworking. C’est un sujet qui est rarement abordé en France car le networking fait tout suite penser au « piston ». Or cela n’a rien à voir. C’est ce que nous expliquera Hervé Bommelaer. Cette conférence devrait rencontrer un grand succès. Elle sera suivie d’un « job dating » en partenariat avec le site d’emploi des professionnels du tourisme « On Commence Lundi », fondé par Bertrand Guislain et lauréat du dernier Tourism Trophy. Une vingtaine d’entreprises seront présentes pour échanger avec des professionnels qui s’interrogent sur leur carrière, qu’ils soient déjà en poste ou pas.

 

 

Vous avez d’autres projets ?

Oui toujours dans cette idée d’adresser les problématiques pratiques de nos entreprises, nous allons proposer en novembre les « Rendez-vous du numérique EDV Ile-de-France ». Là aussi l’idée est d’avoir différents professionnels qui puissent donner un avis sérieux et gratuit et répondre de façon pratique à des questions en lien avec le numérique (site web, référencement, usage de la vidéo, réseaux sociaux…). Avec l’emploi, le juridique et le numérique, nous couvrons désormais une grande partie des besoins pratiques de nos entreprises.

 

 

Quand se déroulera la prochaine convention des Entreprises du Voyage Ile-de-France ?

La convention 2020 aura certainement lieu à l’automne 2020, soit quelques mois après la convention nationale qui se tiendra en Albanie début juin.

 

 

Quel rôle peuvent jouer les Entreprises du Voyage sur le thème de l’environnement ?

Le futur du tourisme, c’est le tourisme durable ! Notre société prend petit à petit conscience que le tourisme porte en lui certaines externalités négatives, comme les émissions de CO2 liés au transport aérien, le surtourisme, la pollution de l’air qu’engendrent certains bateaux de croisière à proximité des ports, etc. A mes yeux, l’essor du tourisme est l’une des plus belles choses qui soient arrivées à l’humanité. C’est le voyage, la rencontre avec l’autre qui nous rend meilleur et permet une meilleure compréhension entre les peuples. Et puis, se reposer, s’évader, se divertir en découvrant l’ailleurs, c’est un besoin essentiel ! Et il faut que ça continue ! Mais pour cela, notre industrie doit faire sa « transition écologique » pour qu’à terme tous nos voyages soient neutres en carbone produit et protecteur des lieux visités et écosystèmes. Cette transition sera difficile mais elle est inéluctable et les « Entreprises du Voyage » y joueront un rôle essentiel, que ce soit vis-à-vis des pouvoir publics ou vis-à-vis des entreprises.

 

 

De quelle manière ?

Notre président, Jean Pierre Mas, intervient régulièrement pour soutenir l’idée que les compagnies aériennes doivent compenser les émissions CO2 qu’elles génèrent. Ce serait déjà une grande avancée. En ce qui concerne l’information à nos entreprises, nous proposons déjà via TravelPro, dont nous sommes coactionnaires avec l’APST, une formation sur le thème « Comment agir pour un tourisme responsable ? » D’autres initiatives sur l’environnement sont à l’étude. Ce n’est que le début.

 

 

Vous êtes par ailleurs le directeur de Croisières d’Exception, agence spécialisée dans les croisières culturelles. Envisagez-vous la création d’une Commission Croisière au sein des Entreprises du voyage ?

Je n’y ai pas pensé et ce serait du ressort du président, Jean-Pierre Mas. Il est vrai qu’en quelques années la croisière est devenue un choix fréquent de vacances pour les Français. La progression est impressionnante. Aujourd’hui, ce mode de vacances est sous le feu des projecteurs pour des bonnes raisons (croissance, engouement des Français, construction des navires en France) et aussi des moins bonnes (impact environnemental, surtourisme). Il y a beaucoup de choses vraies qui sont dites et aussi des contre-vérités. Je pense que ce serait une bonne chose si EDV et SETO s’emparaient du sujet car la CLIA, le syndicat qui regroupe plusieurs armateurs, dispose de très peu de moyens en France pour agir et peser.

 

 

Les prochaines élections des Entreprises du Voyage Ile-de-France auront lieu en mars 2020. Avez-vous un message à faire passer ?

Oui. Nous renouvelons à 100 % notre conseil d’administration de 12 membres en mars prochain. Mon souhait est qu’il y ait de nombreux candidats de tous horizons à ces postes. Ce serait un beau signe de dynamisme et l’assurance d’un renouvellement enrichissant. Être administrateur des EDV prend du temps c’est évident. Mais c’est aussi une fonction très épanouissante qui permet d’apprendre et de développer son réseau. Si j’avais un message aux agents de voyages de Paris et d’Ile-de-France, ce serait « Rejoignez-nous ! ».

 

 

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *