Forfaits sur Internet : les clients s’y mettent

Distribution

Chez Nouvelles Frontières, les ventes forfaits en ligne ont dépassé les vols.
Pour Kelkoo, l’internaute achète de moins en moins en dernière minute.
Pour NF comme Bourse des Voyages, la variable « prix » écrase les autres.
Les internautes deviendraient-ils plus matures ? C’est ce que l’on pourrait penser à l’analyse des statistiques présentées par Kelkoo et commentées par Marc Ruff, vice-président d’Expedia France, lors d’une conférence organisée par le comparateur de tarifs surnommé le « Google du shopping ». La part des forfaits semble prendre de plus en plus d’importance. Ainsi, chez Kelkoo, 110 000 offres forfaits étaient en ligne au mois de mars 2004 contre 60 000 en mars 2003. Sur ce site, les recherches de séjours ont pris de l’ampleur avec 31 % des requêtes. Les vols secs représentent toutefois encore 43 % des demandes. Claude Blanc, directeur de Nouvelles Frontières on line, souligne que les packages ont pris cette année l’avantage sur les vols secs avec 52 % des ventes. Pour Sadek Chekroun, directeur de Kelkoo, « l’internaute semble être de moins en moins un acheteur de dernière minute » même si les pics de réservation se situent toujours « à vingt jours du départ ». Chez Expedia, on confirme en effet avoir en ce moment plus d’appels que les années précédentes pour des réservations concernant l’été. Marc Ruff relativiste toutefois ce qui semble bien être une bascule. « Seuls 1 % à 2% des forfaits sont réservés en ligne, nous n’en sommes encore qu’au début. » Analyse identique de la part de Fabrice Dariot, directeur général de Bourse des Voyages : « On a pour l’instant capté la partie opportuniste du marché. » Il ne constate pas de changement radical dans les comportements de l’internaute – depuis l’été dernier, l’écart n’a pas diminué sur son site – même s’il estime que le délai entre l’achat et le départ « devrait se rallonger ». Il souligne aussi que la « variable prix écrase toutes les autres ». Claude Blanc est exactement du même avis. « Le facteur prix reste extrêmement fort. » Et ce n’est ainsi pas un hasard si un opérateur comme Voyageurs du Monde a lancé sur ses sites des « Prêt à Partir » (Comptoir des Voyages) ou autres VDM Express, des « bonnes affaires » qui sont de « véritables succès ».
Expedia.fr, un site généraliste bientôt mis en ligne
Expedia croit d’autant plus à la vente de forfaits sur Internet en France qu’il va lancer cette année son propre site Internet (Expedia.fr). Toujours pas de date officielle mais on sait qu’il aura un positionnement différent d’Anyway, agence en ligne qui appartient à Expedia. Le slogan d’Anyway, « le ciel est à tout le monde », évoque à lui seul la stratégie de l’agence en ligne même si la partie séjours est toujours bien présente. Expedia.fr devrait, quant à lui, être un site généraliste. Selon Marc Ruff, il faut développer le forfait dynamique pour permettre aux internautes de « créer leur voyage en fonction de leurs besoins ». Et ils seront alors là « prêts à payer plus cher ». Pour Denis Wathier, DG de Voyages-sncf.com, dont Expedia est actionnaire, « ce lancement ne pose pas de problèmes, certaines agences de voyages sont bien regroupées au sein d’alliances tout en restant concurrentes ». Il explique aussi que « la part du hors train évolue à la hausse ». Dans le petit monde des agences en ligne, on peut souligner que Travelocity Europe vient d’acquérir l’agence allemande Travelchannel.de qui apporte « non seulement sa vaste gamme de circuits packagés mais aussi son fort contenu rédactionnel préparé par le département éditorial de l’agence allemande, qui aide les internautes à préparer et à réserver leurs voyages ». Le tout doit permettre d’accélérer la présence globale de Travelocity en Europe.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *