Hotels.com : Destination à visiter avant disparition

Distribution

Hotels.com fait un petit tour d’horizon des cinq destinations à visiter en priorité sous peine de ne jamais les voir.– La Mer Morte, coincée entre Israël et la Jordanie
Aujourd’hui, le niveau de la Mer Morte baisse de plus d’un mètre par an. Sa superficie a déjà diminué d’un tiers depuis 1960 ! En s’évaporant, l’eau de la Mer Morte laisse derrière elle un paysage irréel parsemé de monticules de cristaux de sel. Mais ce petit miracle de la nature n’est pas éternel : si rien n’est fait d’ici 2050, la mer Morte ne sera plus qu’une simple flaque d’eau salée…

– Les Everglades en Floride
Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, le Parc National des Everglades
n’abrite pas moins de 36 espèces considérées comme menacées, dont la
panthère de Floride et le crocodile américain. Les amoureux de la nature doivent considérer cette destination comme

– L’Acropole d’Athènes
L’Acropole d’Athènes est l’un des sites touristiques les plus visités au monde.
Mais la capitale grecque est en proie à un bouleversement climatique : les
températures ne cessent d’augmenter et les 40 degrés à l’ombre ne sont pas
rares en plein été. Ces conditions climatiques, accentuées par la fameuse
chappe de brouillard au-dessus d’Athènes, pourraient bien réduire l’Acropole
et autres trésors de l’Antiquité en fumée

– Les Alpes suisses
Laquasi-totalité des glaciers suisses est en train de fondre inexorablement,
perdant jusqu’à un mètre par an. Les experts s’accordent à dire que d’ici 30
ans, seuls les plus hauts glaciers auront résisté.

– Les Maldives
Perdues au beau milieu de l’Océan Indien, Les Maldives représentent
dans l’inconscient collectif le fantasme parfait de l’île du bout du monde où chacun rêve d’aller se ressourcer en toute quiétude… Le réchauffement climatique provoquant une avancée de l’Océan Indien, celui-ci pourrait rapidement engloutir les sublimes plages de sable blanc, stars des cartes
postales.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *