Iata veut durcir les conditions du BSP

Distribution

Lors du congrès des Entreprises du voyage à Colombo qui s'est tenu du 30 octobre au 5 novembre, Michel de Blust, secrétaire général de l'Ectaa, l'association européenne des agents de voyages, a dressé un tableau un peu sombre du BSP de demain. Nom de code : "new gen ISS".
Parmi les nouveautés, il y a l'introduction de deux nouvelles accréditations aux côtés de la "standard" que les agences connaissent aujourd'hui. La première est l'accréditation "pays multiples" qui concerne essentiellement les gros TMC actifs dans plusieurs pays. La seconde, est l'accréditation "Easypay". Dans ce cas, détaille Michel de Blust, "il ne faudra pas satisfaire aux critères financiers, où il n'y aura – en principe – pas de garantie financière, mais où l'agent de voyages ne pourra émettre de billets qu'à concurrence de fonds préalablement déposés au BSP". Il note : "qui peut se permettre aujourd'hui alors qu'il n'y a plus de commissions, de débloquer des fonds afin de couvrir des ventes futures ?".
 
Officiellement, le but de Iata est de lutter contre la fraude. Mais, comme le dit Michel de Blust, "en 2015, la fraude pour le BSP de Iata n'a été que de 0,003% des ventes !". En fait, Iata veut introduire une limite de crédit qui serait basée sur la moyenne des ventes des 4 meilleurs mois de l'année précédente, plus 15%. Mais face à l'inquiétude de certaines compagnies et la pression des agences de voyages, l'association a décidé de faire des tests pour comparer l'impact d'une limite de crédit à +15% et une autre à +100%. Le résultat sera connu dans les mois qui viennent.
 
Par ailleurs, Iata veut proposer une assurance globale contre les risques d'insolvabilité. Comme l'explique le secrétaire général de l'Ectaa "ils ont découvert que non seulement beaucoup d'agences de voyages ne pouvaient plus fournir de contre-garanties à leur banquier, mais qu'en plus, les garanties financières absorbaient les lignes de crédit de nombreuses agences". Tout ceci va se trouver dans une résolution qui entrera en vigueur en 2018, sauf Easypay qui démarrera en 2017.
 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *