Jean Korcia : « Manor va bien ! »

Distribution

A Biarritz, à  l'occasion des Journées des dirigeants de Manor qui se déroulent à l'Hôtel du Palais, le réseau d'agents de voyages qui compte 320 points de ventes en France a soufflé sa 30e bougie. Jean Korcia, son président, en a profité pour rappeler que, malgré un contexte très difficile, "Manor va bien".
Tant mieux. De fait, le voyage d'affaires qui représente 70 % de l'activité du réseau se porte bien et continue même "de progresser fortement cette année", de l'ordre de 4 ou 5%. En revanche, l'activité "tourisme" reste "plus compliquée", mais un peu au-dessus du marché (comparé aux chiffres du Seto et des Entrepreneurs du Voyage). Surtout à cause du terrorisme, ce "cancer" qui a fait "230 victimes en France" cette année. Pour le président de Manor, cette peur des attentats a provoqué "une forme de repli sur soi avec les effets négatifs sur la demande touristique" que l'on sait. Le réseau table toutefois sur un chiffre d'affaires global qui oscillera entre 1,4 et 1,5 milliard d'euros
 
En revanche, le dynamisme de l'activité "business" de Manor a permis de reverser des "incentives" aux adhérents "équivalents à ceux de l'année dernière". Rappelons qu'en 2015, le réseau a distribué 5,5 millions d'euros à ses 75 adhérents. Jean Korcia précise que c'est une spécificité de Manor : "nous reversons la totalité des incentives à nos adhérents". Une formule qui plaît, ajoute t-il avec humour, puisqu'il n'a "trouvé encore aucun adhérent pour s'en plaindre"…
 
Pour le reste, Jean Korcia a indiqué que l'accord cadre avec KDS avait été renouvelé. Parallèlement, le réseau réfléchit aussi à la possibilité de développer son propre SBT. Il est aussi revenu sur un éventuel accord avec Havas qui n'est cependant "pas à l'ordre du jour", même si "rien n'est figé". Par ailleurs, le contrat avec Thomas Cook qui porte exclusivement sur le tourisme a été reconduit. Un autre accord avec Lufthansa est également en cours de discussion. Enfin, à propos de Fram, il a indiqué que le TO est toujours référencé mais reconnait toutefois que "la reprise est difficile".
 
Le président de Manor estime également que le réseau peut être "fier de ces 30 années d'existence" même si le plus dur reste à faire : "nous devons comprendre le digital qui est désormais au centre de tout". Avec de nouveaux concurrents qui s'appellent Booking, Google, Apple, Airbnb, etc. Il poursuit : "nos modèles économiques sont à bout de souffle et vont devoir prendre en compte la création de valeur des nouvelles technologies". En 2017, "ça va être une grande bagarre pour garder les clients".
Il conclut : "dans le voyage d'affaires, les clients veulent voyager pour moins cher, plus intelligemment et plus sereinement. Si nous parvenons à répondre à cette mutation, nous resterons incontournables pour les 30 trente prochaines années".

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *