Jean-Pierre Mas (EDV) répond à Richard Vainopoulos (Tourcom)… qui renchérit

Distribution

Jean-Pierre Mas, président des EDV, a envoyé un courrier en forme de droit de réponse à Richard Vainopoulos dans lequel il explique pourquoi les agents de voyages doivent écrire à leurs députés pour faire disparaître le terme « de plein droit » après « responsabilité ».

« Mon cher Richard

 

Selon tes propos repris par la presse professionnelle, je me tromperais en demandant le retrait de la mention « de plein droit » dans la responsabilité de l’agence de voyages.

 

Je ne sais pas si c’est rassurant, mais si je me trompe, je ne me trompe pas seul : cette action est conduite par les EdV, le SETO et l’APST en étroite concertation avec de grands acteurs du voyage tels que Club Med, Voyageurs du Monde… Le Senat, réputé pour sa sagesse, qui a adopté un amendement signé par 150 sénateurs retirant le terme « de plein droit », se trompe également.

 

 

Tu écris « notre pays a fait le choix d’être en harmonie avec 27 autres pays de la communauté européenne ». TU TE TROMPES. La France a fait le choix de se différencier des 27 autres pays de la communauté européenne en étant le seul qui surtranspose la directive en augmentant le niveau de responsabilité des professionnels (cf. tableau comparatif en PJ).

 

Tu penses que notre action remet en cause « la co-responsabilité TO – distributeur qui constitue un réel progrès » : TU TE TROMPES, notre action n’a rien à voir avec ce point du code du tourisme et ne le met pas en question.

 

L’action syndicale ne vise pas à affaiblir la protection du consommateur mais à éviter le surcoût des assurances qui crée des écarts de compétitivité pénalisants pour les entreprises française.

En t’entant d’affaiblir cette action syndicale unifiée, TU TE TROMPES de combat.

Je t’invite à venir partager, débattre, participer à une réflexion collective avec tes confrères dans le cadre des Entreprises du Voyage. Et j’invite les lecteurs des différents titres de presse professionnelle  à envoyer à leurs députés le courrier leur demandant de suivre la piste tracée par les sénateurs.

Après avoir lu la réponse de Jean-Pierre Mas, Richard Vainopoulos persiste et signe.

« Mon Cher Jean-Pierre,

 

Depuis de nombreuses années, il m’arrive régulièrement d’être en opposition avec la ligne générale des instances professionnelles. J’en ai l’habitude et cela ne me pose aucun problème. Je suis là pour défendre mes adhérents et aussi la profession. Pendant des années, j’ai fait du lobbying à Bruxelles et à Paris pour obtenir la triple responsabilité : agences, TO et transporteurs. Personne n’en voulait : au contraire, les instances voulaient rester sur la seule responsabilité du vendeur ! Oups, l’UE et la France ont accepté la coresponsabilité agences-TO. Mais il manque un maillon important : l’aérien qui coûte surtout cher aux TO. Si la profession m’avait soutenu, on y serait arrivés et, en cas de grèves ou de retards, les agences n’auraient pas ce problème de remboursement alors que les prestations sont encore perdues aujourd’hui. Je ne polémiquerai pas avec toi ni avec qui que ce soit. Les adhérents Tourcom sont indépendants. Cette diversité d’opinion leurs permettra de faire leurs choix. Et c’est ça le plus important pour moi.  «

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *