John-Lee Saez, directeur Europe de Kayak : « La concurrence de Google nous stimule »

Distribution

Quelques mois après sa prise de fonction en tant que directeur Europe de Kayak, John-Lee Saez fait le point sur l’activité du comparateur qui « continue à croître en France » et qui, fort de ses outils technologiques, s’impose comme un planificateur de voyages et résiste ainsi à la montée en puissance de Google dans le secteur du tourisme.

Si John-Lee Saez, directeur Europe de Kayak, ne craint pas la concurrence de Google, il ne la sous-estime surtout pas. Pour le responsable, « elle est stimulante » et, face au géant, il met en avant ses spécificités. « A la différence de Google, 100% de nos collaborateurs travaillent pour le voyage ». Autrement dit, Kayak a pris plusieurs longueurs technologiques d’avance, 50% des ressources de l’entreprise étant consacrées à la recherche. Ainsi, même si le cœur de métier de Kayak reste la comparaison, John-Lee Saez souligne que l’entreprise permet aussi au client de planifier son voyage grâce à la fonction « Explore » qui offre à l’utilisateur de filtrer ses demandes selon les prix, les heures de vol ou encore une thématique. On peut aussi citer Trip, un assistant virtuel qui permet aux voyageurs de recevoir des alertes sur les horaires de ses vols  ou toutes autres informations pratiques liées à son déplacement.

Anticiper les nouveaux comportements comme ceux qu’entraînent les assistants vocaux tels que Google Home font aussi partie de l’ADN de Kayak même si, selon John-Lee Saez, il faudra des années avant que la pratique s’installe. Aujourd’hui, l’entreprise s’est adaptée à l’utilisation que peuvent faire les utilisateurs des différents supports, « on peut chez nous commencer sa réservation sur son smartphone et la finaliser sur son ordinateur ».

« Entreprise technologie », Kayak cherche maintenant à créer de l’émotion, être plus « friendly » comme le dit John-Lee Saez. A Kayak, maintenant, de s’installer comme un planificateur de voyage, bien au-delà du comparateur de vol qui lui colle à la peau. Avec le rachat de Momondo, qui avait fait le buzz avec la campagne « Let’s open our world« , Kayak s’est offert les moyens d’avoir un marketing plus efficace. Oublié, ainsi, les années les audiences des années 2010 qui étaient essentiellement assurées par des « geeks ». John-Lee Saez l’assure, l’entreprise continue en 2019 à progresser en France, « le pays le plus performant en Europe ».

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *